×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

#Grève : Les restaurateurs rennais n'ont pas été épargnés

Vie professionnelle - mercredi 29 janvier 2020 10:58
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Rennes (35) Comme dans la plupart des grandes villes françaises, le secteur de la restauration rennais a subi les conséquences des mouvements de grève contre le projet de réforme des retraites. Les point avec des restaurateurs du centre-ville et en périphérie.



On évite d’aller déjeuner en ville les jours de grève. On sait que les transports et la circulation vont être perturbés, alors on préfère rester au bureau”, explique un groupe d’employées d’une administration située place Charles-de-Gaulle à Rennes (Ille-et-Vilaine), lieu de rassemblement des grévistes chaque semaine. Et si les restaurateurs du centre subissent immanquablement des pertes en termes de fréquentation, cela peut parfois aller plus loin. Comme le 5 décembre dernier, jour de manifestation nationale massive, où des casseurs s’en sont violemment pris à de nombreuses vitrines. Dans un tweet, Ouest-France annonçait ainsi : “Des manifestants s’en prennent aux vitres de l’hôtel-restaurant Balthazar, l’une d’elles a cédé sous les coups.
Pour les restaurateurs plus excentrés, les conséquences peuvent elles aussi être négatives. Comme au Beauregard, situé dans un quartier périphérique, à proximité immédiate de nombreuses collectivités. “Il y a deux semaines, on a perdu 30 couverts le jour de la grève, soit 50 % de notre fréquentation habituelle. Le lendemain, on a fait entre 10 % et 15 % en moins. Même si on a davantage subi le mouvement des gilets jaunes de 2018, on estime à environ 10 % de baisse de fréquentation les jours de grève”, explique Cyril Briand, gérant de l'établissement.

 

Le contrepied des grèves

Pourtant certains jouent au contraire de ce mouvement de grève. Comme le 2, rue des Dames, établissement situé dans le Vieux-Rennes, qui annonçait sur sa page Facebook : “9 janvier, 09 : 25. Pas de mouvement de grève aujourd'hui pour les frères Moreau ! Le restaurant est ouvert”, espérant ainsi réaliser leur chiffre d'affaires journalier malgré le contexte perturbé. D'autres encore ne subissent que très peu le mouvement : “Nous n'avons pas vraiment eu de baisse de fréquentation. Le premier jour de grève, il y a eu l'annulation de deux tables le lundi soir et le mardi, à savoir entre 12 et 15 personnes. Mais, globalement, nous avons fait un très bon mois de décembre et on continue à faire le plein, surtout du jeudi au dimanche, même les jours de grève”, confie Nicolas Meunier, l'un des deux chefs du nouveau restaurant Origines.

#Greve #Rennes #Origines #Beauregard


Stéphanie Decourt
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gouvernantes et service hôtelier
par Corinne Veyssière
Services