×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Le nouveau décret sur la rénovation énergétique des bâtiments tertiaires est paru , édito du journal du 1er août

Vie professionnelle - mardi 30 juillet 2019 10:53
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés


La procédure engagée contre le décret du 9 mai 2017 sur la performance énergétique des bâtiments du secteur tertiaire (issu de la loi Elan) avait abouti l’an dernier à la suspension, puis à l’annulation pure et simple du texte par le Conseil d’État. Ce dernier a donné raison au commerce et à l’industrie hôtelière, notamment en raison des délais bien trop courts impartis pour la réalisation des études énergétiques et la réalisation des travaux. À l’époque, le Conseil du commerce de France, Perifem (grandes surfaces) et l’Umih avaient indiqué qu’ils s’opposaient uniquement aux modalités d’application du décret, pas à l’objectif d’amélioration des performances énergétiques.


La nouvelle mouture du décret est parue au Journal officiel le 25 juillet : un principe de modulation a été retenu en fonction des contraintes techniques, l’objectif de réducation de la consommation d’énergie de 25 % d’ici à 2020 a été retiré et le seuil des bâtiments concerné a été fixé à 1 000 m2. Autre nouveauté, la création d’une plateforme numérique qui recueillera et suivra les données de consommation d’énergie sera ouverte, avec l’obligation de la renseigner à partir de 2021. Un arrêté doit encore fixer les seuils de performance. Si la canicule du mois de juillet rappelle à tous l’urgence des actions à mettre en place en matière environnementale, il est toutefois surprenant que les porte-parole de l’hôtellerie n’aient pas réagi à ce nouveau texte.

 

#Edito


Sylvie Soubes