×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Retour des pré-enseignes en zone rurale : le GNI veut que les hôtels en bénéficient aussi

Vie professionnelle - lundi 13 mai 2019 11:54
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


© Thinkstock


Les débats sur l’encadrement des pré-enseignes à l’Assemblée Nationale ont aussi porté sur l’amendement qui avait été déposé par les députées Pascale Fontenel-Personne et Frédérique Lardet afin de réintégrer les hébergements touristiques marchands dans le champ des activités pouvant être signalées par des pré-enseignes dérogatoires, mesure réclamée par le GNI. Mais le principe n’a pas été retenu, « au motif que 80% des hébergements seraient réservés par avance, rendant inutiles les pré-enseignes et qu’il fallait restreindre le champ de la dérogation pour éviter la prolifération des panneaux qui abiment le paysage ». Une argumentation qui ne tient pas estime le président du GNI, Didier Chenet : «  Comment peut-on parler de pollution visuelle quand il s’agit d’autoriser les pré-enseignes pour 22 hôtels dans le Territoire de Belfort ou pour une soixantaine dans l’Ariège ? Le nombre d’hôtels concernés est extrêmement limité, il n’y a aucune pollution ou agression visuelle à craindre de la part de nos hôteliers » a-t-il déclaré, en ajoutant : "Le texte de loi commence son parcours. Nous allons mobiliser nos professionnels pour qu'ils interpellent leurs sénateurs et leurs députés. Le parc hôtelier français perd de nombreux établissements dans nos montagnes et campagnes. On est passé de 20 126 établissement en 2016 à 17 720 en 2019 (-12%). L'hôtellerie rurale souffre. Elle mérite aussi d'être aidées". 

#RichardRamos #Ruralite #PreEnseignes #HotelsRuraux #ZoneRurale

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
par Bernard Boutboul
Services