×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Terrasses : la CCI Paris IDF dévoile ses propositions pour améliorer l'occupation du domaine public

Vie professionnelle - vendredi 15 septembre 2017 11:42
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

75 - Paris La Commission Commerce de la CCI de paris Ile-de-France s'est penchée sur les moyens d'améliorer l'exercice de l'activité commerciale sur le domaine public, notamment pour les terrasses.



Marcel Bénézet lors de l'assemblée générale des élus de la CCI Paris Ile-de-France.
Marcel Bénézet lors de l'assemblée générale des élus de la CCI Paris Ile-de-France.

A Paris, rappelle Marcel Bénezet*, rapporteur du projet, « on dénombre plus de 20 000 terrasses (et contre terrasse), dont environ 3 260 terrasses fermées. Elles représentent jusqu'à 30% du chiffres d'affaires en restauration. » Celles-ci participent à l'attractivité des quartiers. Mais l'occupation domaniale a un coût, avec des redevances dont les montants s'envolent « souvent sans motifs ». Le phénomène n'est pas propre à la capitale. La Commission, dont le travail à porté sur un large panel de villes, propose « d'imposer la justification par la personne publique des tarifs application à l'occupation de son domaine » et que soit mentionné « obligatoirement dans les factures le détail des modes de calcul de la redevance (dimensions prises en compte, taux…) et l'évolution du tarif assortie du pourcentage d'évolution par rapport à l'année précédente ». Son objectif est de « garantir le bien-fondé et la proportion des redevances ». Dans cet esprit, explique Marcel Bénézet, « il faut supprimer les taxes additionnelles sur le chauffage ou les écrans de protection, qui sont des taxes infondées ». Autre nécessité : « faciliter la transmission de l'autorisation d'occupation. La loi Pinel de juin 2014 permet au commerçant qui quitte son affaire ou à ses ayants droit en cas de décès de présenter au maire un successeur. Mais les délais pour l'exercice de ce droit est trop court (3 mois). » La Commission plaide aussi pour la « reconnaissance d'un fonds de commerce et d'un bail commercial sur le domaine public ». Si la Loi Pinel de 2014 a « acté le principe de la constitution d'un fonds de commerce, elle n'a pas été jusqu'au bout de sa logique en permettant la conclusion d'un bail commercial, constate Marcel Bénézet. Certes, celui-ci devrait être adapté aux exigences de la propriété publique. Une étude mérite donc d'être lancée avec tous les acteurs publics et privés concernés ». Objectifs encore : faire tomber le caractère précaire et révocable des terrasses.

*Marcel Bénezet est aussi président des cafés, brasseries du GNI-Synhorcat.



Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Implanter et équiper son restaurant
par Jean-Gabriel du Jaiflin
Services