×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Mention 'fait maison' : décret toujours en attente

Vie professionnelle - mardi 1 juillet 2014 14:39
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Le décret d'application du label Fait Maison devait entrer en vigueur le 1er juillet mais sa rédaction a pris du retard. Le projet présenté aux professionnels la semaine dernière demandait des ajustements. Le décret devrait tomber avant la fin juillet et « être immédiatement applicable » indique une source proche. « Le logo ressemble à un faitout surmonté d'un toit pour le Fait maison. Il y aura sans doute une tolérance de six mois pour les changements de carte. Sachant que les professionnels pourront dessiner eux-mêmes le logo à côté des plats dans un premier temps ». Le premier a réagir a été Claude Izard, président des Cuisineries.  « Tout le travail de préparation (découpage, désossage, dépouillage ) peut être acheté déjà fait, que  les fonds de sauce industriels sont tolérés et que les produits préparés peuvent faire partie des plats servis dès l'instant où le nom du professionnel qui l'a fabriqué est expressément indiqué. Car toutes ces tolérances, semblent à mon sens, ne plus donner de valeur a l'appellation Fait maison comme les députés l'avaient proposé à la demande des consommateurs » regrette-t-il. Dans les grandes lignes, les produits entrant dans la composition du plat fait maison devraient pouvoir arriver « tranchés, coupés, découpés, hachés, nettoyés, désossés, dépouillés, décortiqués, taillés, moulus ou broyés, fumés, salés, réfrigérés, congelés, surgelés ou décongelés » à l'exception des pommes de terre semble-t-il. Sont hors du débat les fromages, les matières grasses, les fruits et légumes secs, le pain, les condiments, etc… Certains professionnels considèrent que la barre « est trop basse » laissant porte ouverte à de « mauvaises interprétations ». D'autres, à l'inverse, préfèrent se réjouir « que le texte laisse une certaine liberté d'action aux professionnels en fonction de la saison et de l'environnement. » Le feuilleton continue.
Sy.S.

Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
par Bernard Boutboul
Services