×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Le décret fait maison, un "juste équilibre" pour le GNI

Vie professionnelle - vendredi 18 juillet 2014 14:40
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Le Groupement national des indépendants, par la voix de son co-président, Didier Chenet, également président du Synhorcat, a exprimé sa satisfaction à la lecture du décret de la mention du Fait Maison.



Didier Chenet, au nom du GNI, a exprimé sa satisfaction à la lecture du décret.
Didier Chenet, au nom du GNI, a exprimé sa satisfaction à la lecture du décret.

L'important est que la mention recouvre que « tout » soit fait sur place. Seuls les plats dans lesquels entrent  « des produits bruts non transformés » vont pouvoir bénéficier de la mention. Il ne faut pas non plus « confondre produits surgelés, pour des raisons sanitaires notamment » et plats cuisinés surgelés. C'est « un bon premier pas » vers la valorisation du métier de cuisinier estime encore Didier Chenet, président du Synhorcat, qui est intervenu au nom du Groupement national des indépendants (GNI). « A la maison, quand vous recevez vos amis, vous n'allez pas servir un plat acheté tout prêt et leur dire que c'est vous qui l'avez fait. Eh bien, pour le restaurateur, c'est la même chose. Désormais, le consommateur va savoir si ce qu'il mange a été cuisiné par le restaurateur ou élaboré par un industriel ». Le GNI parle d'un décret "équilibré entre la valorisation du métier du cuisinier et le désir de transparence" des clients. « Ce décret ne dénature pas l'idée qu'on les consommateurs du fait maison et met de la souplesse dans son application qui ne le rend pas élitiste » termine le porte-parole syndical.
 
Sy.S

Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Hygiène en fiches pratiques
par Romy Carrère et Laurence Le Bouquin
Services