Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Joëlle Schmit­theis­ler a réalisé la meilleure matelote d'Alsace

Vie professionnelle - lundi 30 avril 2012 16:14
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

La Wantzenau (67) La jeune femme a remporté le concours annuel organisé par la Fédération des chefs de cuisine et restaurateurs d'Alsace. Son interprétation fine et délicate du plat a séduit le jury réuni au Relais de la Poste de la Wantzenau.



Joëlle Schmittheisler, au milieu de ses dauphins Éric Laghi et Charly Tournier, de l'ancien vainqueur Christophe Poujol et des membres du jury Jean-Claude Bostoen, Jacques Lorentz, Yvelise Sciard, Caroline Van Maenen et Laurent Huguet.
Joëlle Schmittheisler, au milieu de ses dauphins Éric Laghi et Charly Tournier, de l'ancien vainqueur Christophe Poujol et des membres du jury Jean-Claude Bostoen, Jacques Lorentz, Yvelise Sciard, Caroline Van Maenen et Laurent Huguet.

La Fédération des chefs de cuisine et restaurateurs avait choisi de tenir un de ses concours dans un restaurant dirigé par une femme. Coïncidence: c'est la seule participante qui a dominé ses six collègues masculins. Joëlle Schmittheisler remporte cette troisième édition de la meilleure matelote d'Alsace, pour sa toute première participation à un concours. "Avec mon patron Alexis Albrecht [Le Vieux Couvent à Rhinau, 67, une étoile Michelin, NDLR], nous avons beaucoup travaillé ce plat que nous proposons à la carte en permanence. L'année dernière, le concours s'était tenu dans nos cuisines, cela m'a aidé à l'appréhender", confie-t-elle. La particularité de la matelote proposée par la jeune femme était, outre le goût, la grande facilité de dégustation, via l'utilisation quasi-exclusive de filets.

Le niveau progresse

La présentation, avec les poissons en pâte feuilletée et un bouquet d'herbes - "[s]a touche personnelle" - a également séduit ainsi que sa générosité justement dosée. "Le niveau augmente chaque année pour ce concours", s'est réjoui Jean-Paul Bostoen, président du jury, second de Marc Haeberlin à l'auberge de l'Ill (3 étoiles Michelin) et meilleur ouvrier de France. Les concurrents présents étaient souvent des professionnels chevronnés, ce qui donne encore plus de relief à la victoire de la jeune chef.

C'est donc le Vieux Couvent qui va hériter du trophée Lalique créé spécialement pour la fédération, qui en a profité pour introniser en son sein l'hôtesse de la compétition, Caroline Van Maenen.

Flora-Lyse Mbella

Journal & Magazine
N° 3806 -
01 septembre 2023
N° 3807 -
15 septembre 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Accompagnement pour l'acquisition et la transmission
par Adeline Desthuilliers et Mahmoud Ali Khodja
Services