×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito du n°3286 du 19 avril 2012 : "Vote utile"

Vie professionnelle - mercredi 18 avril 2012 09:29
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


En bonne rhétorique, une affirmation n'est pertinente que si son contraire l'est également. Ainsi, depuis plusieurs semaines, les médias nous assènent des discours plus ou moins construits sur le fameux 'vote utile', par opposition à un vote 'inutile'. À suivre de tels raisonnements, le choix se résumerait à un seul candidat puisque, par définition, tout suffrage exprimé pour un prétendant non élu est forcément inutile.

Mais il est vrai que la rhétorique et la logique ont quitté depuis longtemps les salles de rédaction qui fonctionnent quasi-exclusivement à l'aide des 'éléments de langage' obligeamment fournis par de doctes communicants.

Il n'est donc pas étonnant que les observateurs les plus attentifs jugent la campagne pour l'élection présidentielle au mieux ennuyeuse, au pire franchement nulle. Le citoyen qui voudrait se forger un jugement à partir de la pertinence des propositions formulées sur des constats objectifs et des données économiquement incontestables a du mal à déceler des fulgurances susceptibles d'emporter l'adhésion.

Au-delà des inévitables promesses auxquelles plus personne ne croit puisqu'elles n'engagent que ceux qui les écoutent, difficile de faire un choix clair sur les graves préoccupations de l'heure. À quelques jours du scrutin majeur de notre République, que sait-on sur des questions aussi fondamentales que la maîtrise des dépenses publiques, la stabilisation des prix et des changes, le rôle de dernier prêteur dans la zone euro, la compétitivité d'une économie écartelée entre les pesanteurs d'un État providence dangereusement boursouflé et les contraintes d'une concurrence mondialisée ?

Rien, sinon de vaines incantations que le simple bon sens ne saurait prendre en compte. Il ne reste plus au citoyen que le choix politique au sens le plus restrictif du terme, loin des réalités de l'entreprise qui reste malgré tout la seule source de création de richesses. On l'a un peu oublié dans le débat de ces derniers mois où l'anecdote l'a souvent emporté sur l'essentiel. Raison de plus pour voter véritablement 'utile', mais pas forcément à partir des prestations des candidats à la magistrature suprême.
L. H.

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
La cuisson sous vide à juste température expliquée
par Bruno Goussault
Services