×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito du n°3273 du 19 janvier 2012 : "Relativiser"

Vie professionnelle - mercredi 18 janvier 2012 15:31
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Qui s'en souvient ? Le 26 juin 1975, l'agence de notation Standard's & Poor attribuait aux finances publiques de la France le fameux triple A, ce qui n'intéressa absolument personne à l'époque. Pas une ligne dans les gazettes et encore moins d'intervention tonitruante au JT de 20 heures.

Ironie de l'histoire, c'est à partir de 1975 que l'État a affiché un budget en déficit, sans interruption jusqu'à aujourd'hui, et probablement encore pour quelques années. Aussi faut-il s'étonner des étonnements de tous ceux qui feignent de découvrir l'état calamiteux du budget de l'État et de la protection sociale. C'est la permanence de cette notation qui pourrait laisser à songer que les agences spécialisées font preuve d'une coupable complaisance. Que dirait-on d'une équipe de foot qui serait restée en première division depuis 1975 en ayant perdu tous ses matchs ? Cherchez l'erreur…

Mais il est inutile de pleurer sur le lait renversé, et mieux vaut envisager l'avenir avec des notions économiques adaptées à la dureté des temps. Triple A ou pas (à ce propos, la France est encore notée à ce niveau d'excellence par deux agences sur les trois qui font référence), les conséquences sur l'économie réelle ne seront pas immédiatement mesurables, et la crise plus ou moins latente depuis 2008 ne se résorbera pas par des incantations d'autant plus sonores que nous sommes en campagne électorale.

Aux chefs d'entreprise de poursuivre les efforts de rationalisation qui obligent les PME comme les grandes sociétés à gérer avec une prudence renforcée la maîtrise des coûts et le financement de l'indispensable développement.

Pour la profession, il faut s'attendre inévitablement à une évolution de la demande de plus en plus exigeante face à un pouvoir d'achat soumis à rude épreuve. Les consommateurs obligés à des arbitrages renonceront à toute dépense jugée superflue ou excessive. Le renchérissement prévisible du loyer de l'argent n'incitera pas non plus à un comportement de cigale tant reproché à des pays proches de l'Hexagone.
Et si l'affaiblissement de l'euro sur le marché des changes renforcera l'attractivité touristique de la France hors de la zone euro, il entraîne également des hausses de coût importantes et ressenties négativement comme celles du carburant. Relativiser, certes, mais avec réalisme.
L. H.

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Orientation scolaire et formations pour adultes en CHR
par Virginie Barret et Jean-Philippe Barret
Services