Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

“Non, la TVA à taux réduit n’est pas un cadeau fait aux restaurateurs !”

Vie professionnelle - jeudi 10 juin 2010 14:26
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Colmar (68) L’Umih 68 tenait son assemblée générale et son président Jean-Jacques Better en a profité pour rappeler que la profession tient ses promesses. L’Alsace en tête.



Jean-Jacques Better (à g.), président de l'Umih 68 et Christophe Guillo, directeur.
Jean-Jacques Better (à g.), président de l'Umih 68 et Christophe Guillo, directeur.

Devant 150 personnes rassemblées pour la 1e fois à Colmar, le président de l’Umih 68 a profité de la tribune offerte par l’assemblée générale de son organisation pour mettre les points sur les i. Et Jean-Jacques Better n’y est pas allé de main morte. Chiffres à l’appui, il a démontré à quel point le secteur CHR tient les promesses faites au Gouvernement et aux Français à l’occasion de la baisse de la TVA. Il a rappelé que si, en France, 81 % de la profession a baissé ses prix (selon les chiffres de L’Observatoire de la restauration), 87 % des établissements d’Alsace, qui fait figure d’élève modèle, ont pratiqué la baisse promise. L’emploi se porte également bien en ces temps de crise : 5 300 postes ont été créés dans le secteur entre juillet et décembre 2009, sans compter que les défaillances d’entreprises sont restées assez faibles (2 % pour le secteur contre 8 % pour l’économie en général).

“Nous n’avons pas toujours su communiquer”

Mais l’homme ne s’est pas contenté de citer des chiffres. Il s’en est aussi pris au consommateur, qui se trompe sur le niveau de la réduction et qui trouve qu’elle n’est pas suffisante. La presse en a pris aussi pour son grade pour son manque de pédagogie. Enfin, la classe politique qui se permet dintervenir sur tous les sujets sans parfois les maîtriser et sans une connaissance pointue de la gestion dune entreprise. Invités à assister à la réunion et à prendre la parole, les conseillers régionaux, généraux, députés et représentants du maire de Colmar ont bien tenté de se défendre et de défendre le Gouvernement, sans vraiment convaincre une assemblée agacée par une opinion publique jugée injuste et, surtout, mal informée. Dernier reproche adressé par Jean-Jacques Better: la profession n’a pas su se défendre elle-même : Au niveau de nos entreprises, nous navons pas toujours su communiquer de manière suffisamment lisible pour le consommateur (...). Notre Umih nationale na pas non plus su communiquer efficacement.

La réunion a également abordé le contenu des nouveaux accords de branche et sur l’accessibilité. Un gros dossier qui occasionnera bien des dépenses pour les établissements, avec une date butoir en 2015.
Flora-Lyse Mbella

Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gagner en rentabilité en améliorant sa marge brute
par Christopher Terleski
Services
  Articles les plus lus