Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Edito du 13-08-2009 : “Les quatre vérités de Christine Pujol”

Vie professionnelle - mercredi 12 août 2009 12:08
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Belle performance pour la présidente de l’Umih, Christine Pujol, qui avait accepté de participer à la séquence phare de Télématin, ‘les 4 Vérités’ plus fréquemment animées par des politiques qui adorent se produire sur France 2 à l’heure du café.

Sans doute inspirée de la sagesse antique, Christine Pujol a d’emblée cadré le débat sur la conjoncture de la saison, en soulignant que ce qu’on sait, c’est précisément qu’on ne sait rien, démarche socratique qui lui a permis de modérer tout jugement définitif, alors qu’en ce début du mois d’août, il faut se contenter d’un ‘ressenti’ bien plus que de se fonder sur des certitudes statistiques.

D’un côté, sans doute en raison d’une météo incertaine, les professionnels de l’Ouest du pays font un peu grise mine, alors qu’au bord de la Grande Bleue, on se félicite de la clémence des cieux. De ce côté-là, rien de bien original par rapport aux années précédentes, mais rien de certain non plus au niveau des chiffres, tant il est difficile de connaître dès aujourd’hui les tendances en matière de dépenses, de durée de séjour, de choix d’hébergement, même si l’ancienne présidente du comité régional de tourisme du Languedoc- Roussillon n’a pu s’empêcher, avec une pointe d’envie, de souligner les excellentes performances des hébergements de plein air.

Le second volet de ces minutes de vérité furent bien évidemment consacrées à la baisse de la TVA en restauration, et encore une fois, la pression médiatique supposée traduire l’opinion du consommateur’, comme si cet individu idéal existait réellement, empêche toute démonstration convaincante d’aboutir à son terme.

Avec, reconnaissons-le, une part subliminale de mauvaise foi d’un animateur plus enclin à reprendre les complaintes sur la vie chère, les pertes supposées, mais non démontrées, de pouvoir d’achat, et la lenteur des restaurateurs à mettre en œuvre des baisses de prix fondées sur le passage de la TVA à 5,5%.

Ce fut néanmoins le mérite de Christine Pujol de s’exprimer avec clarté et modération sur ce sujet trop souvent abordé en des termes polémiques, soulignant notamment que la profession s’est engagée non seulement à baisser le prix de certaines de ses prestations, mais également à améliorer les conditions de travail et de rémunérations des salariés, et à moderniser les établissements qui en ont besoin.
Et pour contrer la rengaine sur la supposée ‘lenteur’ de la profession à mettre en œuvre ses engagements signés en avril dernier, alors qu’un restaurant sur deux a déjà mis en place la baisse de prix, faut-il rappeler que la promesse faite à la profession en 2002 a été tenue… sept ans plus tard !
Christian Bruneau

Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Spa : check-list pour ouvrir
par Perrine Edelman
Services
  Articles les plus lus