×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

La Folie douce : le groupe familial mise sur la créativité

Restauration - mardi 24 janvier 2023 15:50
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Val d'Isère (73) Depuis 1974, Luc Reversade allie gastronomie et show artistique, au coeur des Alpes, avec son concept baptisé La Folie Douce. Sa femme et ses deux fils l'ont rejoint dans l'aventure. Ensemble, ils poursuivent le développement de ce groupe de huit établissements, qui fait face à une concurrence accrue. Prochaine étape : la conquête des États-Unis.



Notre principal point fort, c’est la créativité. Pour Luc Reversade, le secret pour rester attractif, “c’est de se renouveler en permanence”. Et cela dure depuis près de cinquante ans. En 1974, il crée la toute première Folie douce, à Val d’Isère (Savoie). L’idée : concevoir un lieu où gastronomie et show artistique font cause commune. Le parti pris plaît, si bien qu’aujourd’hui, La Folie douce, est un groupe familial qui compte huit sites dans les Alpes françaises - Courchevel, Megève, Avoriaz, Les Arcs…-, dont un hôtel à Chamonix (Haute-Savoie). Luc Reversade travaille désormais avec son épouse, Corinne, et ses deux fils, Artur et César, qui l’ont rejoint après des carrières dans la finance.

Soudés et motivés par l’envie de poursuivre le développement de La Folie douce, ils font face, depuis deux ans, à l’arrivée de grands groupes nationaux et internationaux “qui ont jeté leur dévolu sur la montagne”, constate Luc Reversade. Ce qui pousse le clan familial à monter en gamme, car la concurrence est rude et la clientèle plus exigeante. Pour séduire cette dernière, un travail de veille permanente est mené. L’objectif : avoir le meilleur en cuisine, en salle, mais aussi sur scène. “Dans nos restaurants, nous confions l’élaboration de nos cartes aux chefs Fanny Rey, Nicolas Sale ou encore Denny Imbroisi. Nous amorçons également une collaboration avec le chef triplement étoilé Alexandre Mazzia”, détaille Luc Reversade. Côté service, le groupe familial prend soin de former les jeunes recrutés, pour qu’ils s’imprègnent de la culture maison. Quant aux artistes des plus hauts cabarets du monde - perchés à plus de 2 000 mètres d’altitude à Val d’Isère, aux Arcs et à Méribel -, ils renouvellent leurs performances sous la houlette de chorégraphes internationaux. La famille Reversade travaille également avec des DJ de renom ou encore avec Julien Chapiro, directeur de casting de l’émission Qui dansera avec les stars ?, sur TF1.

 

2 000 couverts par jour à Val d’Isère

“Notre défi : c’est le travail en altitude. Car nous avons besoin d’une grosse logistique pour acheminer les équipes - 80 à 150 personnes par site -, ainsi que les provisions. À Val d’Isère, par exemple, nous faisons monter 2 à 5 tonnes de produits par jour pour préparer les 2 000 couverts servis quotidiennement”, souligne Luc Reversade. À cela s’ajoute une forte implication dans le développement durable, qui va du tri des déchets à la diminution du plastique à usage unique, en passant par un projet de plantation d’une centaine d’arbres en montagne. Enfin, 2024 sera l’année de la création de franchises La Folie douce aux États-Unis. Avec Aspen (station huppée du Colorado) en ligne de mire.

#lafoliedouce #montagne #lucreversade


Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les conditions de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services