×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Les bonnes pousses du Botaniste

Restauration - vendredi 14 janvier 2022 10:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Strasbourg (67) Au coeur du quartier gare à Strasbourg, Le Botaniste est un lieu atypique, avec une histoire qui l'est tout autant. Ou comment trois anciens étudiants en art taquinent les codes de la restauration.



Au départ, ça ne devait être qu'un bar à cocktails, avec des petits plats. C'était le projet de Noémie d'Hooge, Clémence Collomb et Guillaume Chatelot, trois étudiants rencontrés sur les bancs de la faculté d'arts plastiques de Strasbourg (Bas-Rhin). Après s'être occupés pendant quatre ans de la caféteria du Palais universitaire de la ville durant leurs études, ils ont eu envie d'ouvrir leur propre établissement. Le Kafteur, ancienne salle de spectacle du quartier gare, leur sourit. Les graines sont semées et Le Botaniste ouvre en 2017.

Le projet a ensuite poussé avec eux. Des travaux pour dessiner le lieu à leur image, un concept qui prend forme au gré de l'inspiration de ses créateurs. Totalement autodidacte - ce qui lui a permis de construire intégralement son propre univers - Noémie D'Hooge fait très vite parler d'elle derrière les fourneaux.

La trentenaire propose une interprétation très graphique de la cuisine, qu'elle conserve de sa formation initiale. “C'est comme dans les disciplines artistiques. Il faut d'abord de la technique, puis un processus de recherche, pour pouvoir exprimer quelque chose”, compare-t-elle. Elle sublime les produits locaux et imagine des plats pétillants, colorés, faisant la part belle au végétal. Cette cuisine sensible, sans concessions, s'exprime d'autant plus librement depuis la mise en place de menus uniques. Noémie D'Hooge invite à découvrir sa créativité en six temps, tels les tableaux d'une exposition, en version omnivore ou végétarienne.

 

“Concertation permanente”

Si l'histoire est atypique, le fonctionnement de la maison l'est tout autant. “On a une pratique pas très hierarchisée du travail, s'amuse le trio. On a tout construit ensemble, on est en concertation permanente, avec le reste de l'équipe aussi.” Tout en s'avouant eux-mêmes étonnés de la tournure qu'ont pris les événements, certains connaisseurs leur prédisant une étoile Michelin. “Le Botaniste a évolué avec nous. Ça s'est fait naturellement. Ce qu'il est devenu maintenant, ce n'était pas du tout l'idée qu'on en avait au départ.”

Ce concept, ils le déclinent aux beaux jours au Lavoir, une terrasse éphémère installée sur l'eau, à quelques pas du restaurant. Toujours dans une dimension, insistent-ils, de “plaisir et de partage”.

 

#Botaniste


Sophie Dungler
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Reprendre un hôtel : évitez les embûches
par Stéphane Corre
Services