×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Le pourboire appelé à vivre sa transition numérique

Restauration - jeudi 21 octobre 2021 16:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) L'absence de la clientèle étrangère depuis le début de la crise sanitaire et la disparition de l'argent liquide perturbent cet usage. Solution avancée par les spécialistes : le "tip numérique".



58 % des jeunes Français estiment ne pas pouvoir donner de pourboires par manque de monnaie.
© FPONT
58 % des jeunes Français estiment ne pas pouvoir donner de pourboires par manque de monnaie.

L’Assemblée nationale vient de voter la défiscalisation des pourboires pour 2022 et 2023, qu’ils soient laissés en espèces ou de façon numérique. Cette mesure peut-elle significativement changer la pratique du pourboire et cela peut-il vraiment aider les employés du secteur à arrondir leurs fins de mois ? Les Français sont plutôt pingres avec les pourboires”, annonce Rémi Ohayon, fondateur Api & You, une agence digitale spécialisée dans les CHR. L’idée, assez partagée derrière les comptoirs, que la clientèle française serait bien moins encline que la clientèle internationale à laisser un ‘tip’ est pourtant infirmée par une étude réalisée en mai dernier par le CSA pour la Fintech Lyf. Selon ce sondage, 77 % des français auraient l’habitude de laisser un pourboire, et deux fois plus à un serveur qu’à un livreur. Toutefois, un tiers des Français (35 %) et plus de la moitié des jeunes (58 %) expliquent ne pas être en capacité de donner, généralement par manque de monnaie.

“Depuis la crise sanitaire et l’augmentation du paiement sans contact, les paiements en espèces sont marginalisés. Ce constat impacte directement le niveau de pourboires pour les professionnels alors qu’ils sont actuellement très fragilisés”, déclarait alors Frédéric Leclef, directeur général délégué de Lyf.

“Les pourboires ? Il faut tout revoir ! D’abord, le tronc commun est une aberration pour les clients d’aujourd’hui. Ils veulent gratifier une personne en particulier et pas une communauté, clame Rémi Ohayon. On remercie avec un pourboire la personne que l’on a choisie. Lorsque l’on est satisfait du restaurant, de la cuisine, le client paye sa note.”“ La répartition collective des pourboires en retire le sens, alors le client ne donne rien, abonde Bernard Boutboul, fondateur et directeur du cabinet Gira. Nous sommes à l’ère de l’individualisme. En outre, le montant des pourboires perçus par chacun devrait être affiché chaque soir pour stimuler les équipes en contact avec le public.”

 
Solution dématérialisé

“Cela fait six ans que nous invitons les restaurateurs à s’inspirer de ce qui se pratique en Espagne. Lorsque le client saisit le TPE, avant de taper son code, la machine lui propose de donner 10, 15 ou 20 % pour le service par une simple validation. C’est imparable. Cela va directement sur le salaire du récompensé. Le digital est au point, c’est nous qui ne sommes pas prêts”, explique Bernard Boutboul. Le sondage CSA va dans son sens, puisque 60 % des Français seraient convaincus que le pourboire dématérialisé va aider à soutenir la réouverture des commerces. Et ils sont 40 % à estimer que les applications mobiles vont influencer, à la hausse, leurs futurs dons de pourboires. “Ce sont les téléphones qui sont désormais nos portefeuilles et ces solutions permettent d’attribuer la gratification à la personne que l’on souhaite en un clic”, conclut le patron de Gira.

#ApiAndYou #CSA #Lyf #Gira #Pourboire

 


Francois Pont
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Stratégie de marque : les outils pour développer votre hôtel
par Youri Sawerschel
Services