×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Coupe du monde de la pâtisserie : l'heure est au changement

Restauration - mercredi 1 septembre 2021 09:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Depuis son arrivée à la présidence du concours en 2019, Pierre Hermé a oeuvré à ouvrir le trophée à davantage de mixité et à être plus responsable au niveau des produits utilisés, pour une pâtisserie consciente et engagée.



Depuis sa nomination par Gabriel Paillasson à la présidence de la Coupe du monde de la pâtisserie en 2019, Pierre Hermé n’a pas chômé. L’une de ses premières mesures a été de renouveler le comité international d’organisation (CIO), en l’ouvrant à la mixité. Il nous semblait important de constituer un comité composé de représentantes du métier telles que Claire Heitzler, Claire Damon, Sophie de Bernardi, Christelle Brua, Johanna Le Pape. Elles sont des exemples qui inspirent les nouvelles générations”, confie le chef pâtissier. Le CIO a également été repensé en mélangeant des professionnels chevronnés et des membres de la nouvelle vague. On y retrouve ainsi, outre les pâtissières déjà citées, Julien Alvarez, Quentin Bailly, Sébastien Bouillet, Alain Chartier, Patrick Chevallot, Jérôme De Oliveira, Laurent Le Daniel, Christophe Michalak, Angelo Musa, Philippe Rigollot, Marc Rivière et Éric Vergne. Tous ont pour ambition de donner un nouveau souffle à la compétition.

 

La nature est notre principal outil de travail”

L’autre mesure phare de Pierre Hermé a son arrivée a été la nomination de deux vice-présidents, Claire Heitzler et Frédéric Cassel, qui ont notamment pour mission d’orienter le concours vers une pâtisserie engagée et responsable, tout en continuant de valoriser le métier et de promouvoir la transmission et le savoir-faire du concours. “Nous sommes dans une période où le dérèglement écologique et climatique ne laisse plus de doute, explique Claire Heitzler. Pour répondre au besoin d’information et de transparence sur les matières premières, leurs origines et leur impact sur la santé, il est nécessaire de remettre la saisonnalité, la biodiversité, le respect des terres au cœur de la pâtisserie. Il faut prendre conscience que la nature est notre principal outil de travail et que les décisions que nous prenons aujourd’hui nous permettrons de mieux travailler demain.”

Avec l’essor des réseaux sociaux et la popularité des émissions culinaires à la télévision, la pâtisserie est entrée dans une nouvelle ère, et ses chefs avec. En boutique comme en restaurant, le métier a changé, et la coupe du monde de la pâtisserie se devait de refléter ces évolutions. C’est aussi dans cet esprit que le MOF chocolatier Patrick Roger a été choisi pour être le président d’honneur de cette édition. “[La pâtisserie] doit préserver son essence : le goût, le plaisir et la gourmandise. Tout en agissant mieux pour l’environnement et la planète”, note Pierre Hermé. “[Ce concours] est une occasion unique pour les acteurs du secteur d’affirmer leur désir de transformation. C’est également un moment privilégié de transmission de valeurs et de mobilisation intergénérationnelle.”

 

#Sirha #CoupeDuMondeDeLaPatisserie #Patisserie #PierreHerme

Journal & Magazine
N° 3755 -
17 septembre 2021
N° 3754 -
03 septembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
La gastronomie moléculaire
par Hervé This
Services