×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Bocuse d'or : paroles de commis

Restauration - vendredi 23 juillet 2021 12:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Au sein de l'équipe du Bocuse d'or, le commis joue un rôle essentiel dans la prestation du chef. Depuis 1987, le prix du meilleur commis récompense son implication et son professionnalisme. Les lauréats Christian Wellendorf et Manuela Carbone témoignent.



“Dans notre équipe, nous avions des chefs extraordinaires qui travaillaient ensemble, mais je devais m’assurer que nous restions concentrés et que nous suivions le plan”, se souvient Christian Wellendorf, Meilleur commis du Bocuse d’or 2019 et aujourd’hui capitaine de l’équipe danoise. Le rôle du commis auprès du chef est précieux. Leur complicité et leur expérience communes sont déterminantes pour accéder à la première place du podium.

“J’ai travaillé aux côtés du candidat Emiliano Schobert, non seulement sur la formation et les compétences culinaires, mais aussi sur la signification du concours. Il s’agit moins de cuisiner à la perfection, que d’apprendre à penser rapidement, à être organisé, à contrôler les temps, la mise en place”, témoigne Manuela Carbone, Meilleure commis du Bocuse d’or Americas 2018 (Argentine). “Le commis est le soutien du candidat et les yeux dans le dos que tous devraient avoir. Il doit encourager le chef et résoudre tout ce qui se présente sur sa route. À l’intérieur de la cuisine, comme à l’extérieur”.

 

Concentration et efficacité

“Le Bocuse d’or est une expérience professionnelle, et personnelle : il vous apprend beaucoup, y compris sur vous-même”, poursuit celle qui s’entraîne depuis l’âge de 19 ans. “Deux ans après le début de votre entrainement, au moment où vous entrez dans la cuisine à Lyon, c’est la meilleure adrénaline du monde”. Et un apprentissage hors pair : “Le concours m’a beaucoup appris en termes de concentration, de gestion du temps, d’efficacité, et sur la justesse et l’exactitude”.

Apprendre à cuisiner au plus haut niveau et tester sa résistance mentale, c’est aussi ce que souligne Christian Wellendorf, 22 ans lors de sa prestation lyonnaise. “Même si le parcours effectué ensemble a été fantastique, passer presque deux ans avec les mêmes personnes chaque jour est une épreuve.”

“Le Prix a changé ma vie. Aujourd’hui, je travaille et je vis en Suède grâce au Bocuse d’or. J’ai rencontré l’équipe suédoise à Lyon, et elle m’a proposé un travail que j’ai accepté sans hésiter”, raconte Manuela Carbone.

L’un et l’autre vont suivre la finale du concours les 26 et 27 septembre prochains avec passion.

 

#BocuseDOr #Commis #Sirha