×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Les adeptes du 'resto-basket' sont-ils plus nombreux ?

Restauration - lundi 16 août 2021 12:23
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Les crises qui se succèdent sont-elles à l'origine d'une augmentation de refus de payer la note dans les bars et restaurants ? Comment les professionnels s'organisent pour ne pas subir ce préjudice de trop ?



Beaucoup de restaurateurs ne portent pas plainte en raison du faible montant du préjudice, d'autres appellent à une sévérité systématique.
© François Pont
Beaucoup de restaurateurs ne portent pas plainte en raison du faible montant du préjudice, d'autres appellent à une sévérité systématique.

 

“Cela fait trente ans que je suis dans la profession, j’ai toujours vu des gens tenter de partir sans payer”, explique la directrice du Buffalo Grill de Caen (Calvados) où un multirécidiviste a été appréhendé par la police municipale après un repas avec son petit garçon de 8 ans. “Le petit avait faim”, expliquera le filou devant la justice, qui le condamnera à neuf mois de prison ferme.

Stéphane Manigold, propriétaire du restaurant Contraste (Paris, VIIIe), prône pour la fermeté, même lorsque le mauvais payeur campe sur ses positions. Il souvient : “Avec un aplomb formidable, le blogueur refusait de payer. Il utilisait un faux nom et une fausse fonction de journaliste. Il a pensé jusqu’à la fin que je ne ferais pas venir la police. Il a été placé en garde à vue pendant 48 heures. Le restaurateur a également en tête un authentique ‘resto-basket’ arrivé dans le même établissement : “Le client se faisait passer pour le frère de Gwendal Poullennec, le patron du guide Michelin. Il fumait entre chaque plat. Il a disparu juste avant le dessert. Ce sont des situations rares car on détecte les comportements louches !

 

Un appétit et un culot sans failles

Si les restaurateurs ne perçoivent pas une augmentation de ces agissements suite à la crise sanitaire, ils s’étonnent des motivations de ces mauvais payeurs : parfois le simple jeu, souvent l’alcoolisation, mais aussi l’appauvrissement. Jihed Lejmi, directeur du Mercure Parc Micaud à Besançon (Doubs), raconte. “Un client fauché s’était fait passer la veille pour un client de l’hôtel. Au moment de régler, il s’est enfermé dans un local technique. La police est venue. Sa mère a payé la note. Nous avons retiré notre plainte.” La détresse sociale n’exclut pourtant pas un goût certains pour les bons produits, comme pour ce SDF de trente ans qui s’est régalé de grands crus pour 1 500 € avant d’invoquer l’oubli de son code de carte de crédit pour ne pas payer. Un autre client, une fois rattrapé par les serveurs de la Cigale, à Nantes (Loire-Atlantique), a tenté de justifier sa fuite par le vol de son portefeuille, à moins que ce ne soit en raison des 444 € d'addition.

 

 #RestoBasket #StephaneManigold #JihedLejmi 

 


Francois Pont
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion des équipes et du service en CHR
par André Picca
Services