×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

#Coronavirus : Les assurances en ligne de mire, édito du journal du 23 avril 2020

Restauration - mardi 21 avril 2020 14:28
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Les assurances se sont défilées. Pionnier sur le front de la protestation contre leur attentisme, Stéphane Jégo, le chef-patron de l’Ami Louis à Paris, l’a très bien expliqué dans les médias : “Quand tu appelles ton assurance, il y a toujours une raison pour ne pas prendre en charge la perte d’exploitation.” Sa pétition, sur Change.org, ‘Sauvons nos restaurants et nos producteurs’, a totalisé 135 000 signataires en un mois. Est-un hasard ? Non, c’est l’expression du désarroi des professionnels. Stéphane Manigold, président du groupe Eclore (cinq restaurants), passe à la vitesse supérieure en assignant son assureur devant le tribunal de commerce de Paris, estimant que le refus de prise en charge des pertes d’exploitation est “irrégulier”. Selon Le Parisien, une cinquantaine de restaurateurs sont aujourd’hui en passe de demander à la justice de se prononcer sur les incohérences ou contradictions qu’ils ont relevées dans leur contrat.

En parallèle, les chefs médiatiques sont montés eux aussi au créneau et multiplient les interventions sur les plateaux de télé et dans les journaux pour interpeller les assurances. Pour Philippe Etchebest, même si elles ne peuvent pas payer l’intégralité des pertes d’exploitation, “les assurances doivent trouver des fonds et indemniser les entreprises devant assurer le minimum vital pendant la fermeture”. Même revendication de la part de Michel Sarran, qui renchérit sur l’urgence de la situation : “Les assurances envisagent un groupe de travail pour réfléchir aux prochaines pandémies. C’est une blague ? La pandémie, c’est maintenant ! Il faut des lois et taper du poing sur la table !” Toute la profession, syndicats et associations compris, compte bien sur une prise de conscience et un véritable effort de la part des assurances. Combien de temps pourront-elles encore faire la sourde oreille ?

#edito #coronavirus #assurances #pertedexploitation 

 


Nadine Lemoine
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Tours de main
par Marcel Mattiussi
Services