×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Fermeture en 4 heures : la colère des restaurateurs s'exprime sur les réseaux sociaux

Restauration - lundi 16 mars 2020 12:28
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Sur internet, les professionnels ne montraient aucune indignation suite à la décision de fermer les restaurants, bars et discothèques samedi soir à minuit. En revanche, ils y exprimaient leur vif désarroi sur l'injonction de cesser toute activité dans les quatre heures.



Vendredi 14 mars, le chef étoilé Bruno Verjus dédramatisait la situation, sans savoir que tous les restaurants seraient fermés quelques heures après.
© B. Verjus
Vendredi 14 mars, le chef étoilé Bruno Verjus dédramatisait la situation, sans savoir que tous les restaurants seraient fermés quelques heures après.

 

Ils sont 75 000 restaurants, 3 000 discothèques et plus de 40 000 bars à avoir reçu, samedi 14 avril, l’ordre de baisser le rideau de leur établissement dans les quatre heures et pour une période indéterminée. Une mesure prévisible au regard de la situation sanitaire. Les réseaux sociaux se sont pourtant enflammés au sujet d’une mesure estimée brutale et sans anticipation avec de graves conséquences sur les réservations, les stocks, le personnel.

Très actif sur internet, le chef montpelliérain Jacques Pourcel a provoqué plus de 650 commentaires à son post de 22 h 54, samedi soir, dans lequel il faisait part de sa colère : “Énervé...Tout le monde s'y attendait : les restaurants, bars, discothèques fermés... Les pays limitrophes l'ont fait et ça semble normal... C'est plutôt dans la forme que c'est révoltant, vraiment ils abusent... 19 h 45 juste avant le service. Le Premier ministre fait l'annonce de la fermeture imposée à tout le monde. Dans 4 h on ferme tout !!! Même pas 48 h pour se préparer, pour organiser, pour gérer les achats, les stocks ... ils le savaient c'était inévitable... aucun respect pour ceux qui bossent. Par contre demain faut aller voter...

Le cuisinier s’indignait aussi de la méthode, en relayant le passage, dans certains établissements, de policiers qui auraient demandé, dès minuit, la fermeture “en 10 minutes”: “Les circonstances font qu'il est nécessaire de fermer, que c'est indispensable pour la santé de tous, mais à quoi ça sert de rajouter un couche de stress à tout le monde ? Même si nous dépassions de 30 minutes la fermeture et que cela se passe dans la bonne humeur, que les retardataires finissent leurs verres, est-ce que ça aurait changé quelque chose ?

 

Après la colère, le pragmatisme

Dans un autre message sur Facebook, le chef Octave Kasakolu, du restaurant Les Tantes Jeanne à Paris (XVIIIe), se montrait plus fataliste : “Bon....voilà on y est. 20 personnes au chômage technique. Apres une année en compagnie des gilets jaunes, 2 mois de grèves totales et maintenant le Coronavirus. Magnifique !” Comme beaucoup de confrères, le Montmartrois se posait rapidement la question des stocks : “Les amis demain nous vidons nos chambres froides. Venez récupérer ce qui nous reste de marchandises au prix coûtant : légumes, poissons et viandes.”

Dimanche, le restaurateur parisien engagé Xavier Denamur fustigeait, dans une vidéo, la manière dont serait traitée la profession : “Dès jeudi soir, le Président aurait dû annoncer le même remède appliqué aux restaurateurs et à l’Éducation nationale. Quel manque d’anticipation. Les professeurs et les élèves ont eu une journée pour se préparer. On nous annonce à 20 h de fermer à minuit. Comment préparer ses salariés, anticiper ses commandes, gérer les stocks, annuler les livraisons. J’avais des gens en pleurs, des collaborateurs en période d’essai inquiets de la suite.

Le cuisinier étoilé Bruno Verjus postait, juste avant l’annonce de la fermeture des restaurants, une photo humoristique avec un masque composé d’une feuille de chou. Pragmatique, après avoir tiré de rideau de son restaurant de la rue de Prague (Paris, XIIe), il postait un nouveau message informant de la poursuite de ses activités en livraison : “Si vous ne pouvez plus passer à Table, nous pouvons passer à votre Table.

 

#BrunoVerjus #Coronavirus #JacquesPourcel #XavierDenamur #OctaveKasakolu


Francois Pont
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
La cuisson sous vide à juste température expliquée
par Bruno Goussault
Services