×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Crise énergétique : "Avec 80 000 € d'énergie en plus, c'est la mort programmée"

Hôtellerie - mercredi 7 décembre 2022 10:24
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Beaumont-sur-Sarthe (72) Gérard Vincent, Hôtel de la Barque, Beaumont-sur-Sarthe (Sarthe)



L'Hôtel de la Barque, à Beaumont-sur-Sarthe.
© DR
L'Hôtel de la Barque, à Beaumont-sur-Sarthe.

“Avec les grèves, les gilets jaunes, le Covid, la sécheresse, la guerre en Ukraine, mon établissement est en survie depuis trois ans, et seulement grâce aux aides de l’Etat. Pour fidéliser mes équipes, j’ai décidé de fermer le week-end, je suis passé de 100 à 60 couverts par jour depuis le Covid, j’ai pris des mesures pour économiser suite à l’augmentation des matières premières… Et maintenant, je suis confronté à des augmentations énormes des tarifs de l’énergie. Ce cumul est épuisant. J’ai reçu une lettre de mon fournisseur il y a quinze jours, qui m’indique une hausse de 400 % en heures pleines hiver, et 250 % en heures creuses hiver. Pour l’été, ce sera + 300 % en heures pleines et creuses. Si l’augmentation est la même pour le gaz, cela représente 80 000 € d’énergie en plus ! C’est la mort programmée. Je ne m’imaginais pas qu’une telle augmentation soit possible. Pour l’absorber, il faudrait que j’augmente le prix des chambres de 15 €, alors qu’elles sont en moyenne à 70 €, et les repas de 5 à 6 €. Sur une formule du midi à 12 €, c’est impensable ! Je ne sais pas quoi faire à l’heure actuelle.”

 

#energie #GerardVincent 

Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Vins au restaurant
par Paul Brunet
Services