×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Evi Hob veut dépoussiérer l'hôtellerie en zone rurale

Hôtellerie - mardi 29 novembre 2022 16:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Créer une marque d'hôtellerie rurale 'lifestyle' et 'slow tourism', tel est l'objectif d'Evi Hob. La société, lancée en mai 2020, compte atteindre une dizaine d'adresses d'ici trois ans.



Evi Hob mise sur trois mots clés : convivialité, authenticité, immersion.
© DR
Evi Hob mise sur trois mots clés : convivialité, authenticité, immersion.

Alors directeur général de Vacances ULVF, Franck Le Roux est amené à se séparer d’établissements en zone rurale, faute de rentabilité. L’idée fait son chemin, et en mai 2020, l’entrepreneur cofonde Evi Hob. Les hôtels à taille humaine (moins de 50 chambres) reprennent vie grâce à la création de tiers lieux : restaurant, bar, espace de coworking et événementiel (concerts, soirées DJ, expositions, cinéma en plein air…) sont conçus pour attirer voyageurs et résidents. “On rentre dans un lieu de vie. Il n’y a plus d’accueil, le check-in est digitalisé en amont, tout comme le service de conciergerie”, précise Franck Le Roux. Les chambres sont classées en trois étoiles, pour un panier moyen compris entre 160 et 200 € la nuitée. Mais pas question de “réfléchir en segmentation client”. “Nos établissements doivent être multitâches, on crée des bâtiments agiles dans lesquels tout le monde peut se retrouver. Un lobby doit pouvoir se transformer en salle de séminaire, les chambres modulables et communicantes peuvent devenir des espaces de coworking ou des chambres familiales. Le but, c’est de proposer une expérience en zone rurale”, poursuit-il.

 

Une mission : revitaliser les territoires

Pour favoriser cette immersion, l’enseigne privilégie les achats en circuit court pour la restauration, les architectes et les artisans locaux… “Chaque établissement a son identité, par exemple une déco pop catalane dans le Hob Alenya, des murs végétaux et une signature très bois à Fort-du-Pré… Le but de notre entreprise à mission est de revitaliser les territoires. Cela donne du sens, c’est une nouvelle façon de consommer. Cela marche aussi pour les recrutements”, note-t-il.

Après les Hob Alenya (Pyrénées-Orientales), Tour du Puits (Savoie) et Fort-du-Pré (Haute-Loire), le groupe prévoit deux ouvertures dans l’Allier et en Alsace en 2023, une à Orelle (Savoie) pour la fin de l’année 2024, et deux autres constructions dans la région à horizon 2025. D’ici trois ans, Evi Hob vise une dizaine d’établissements dans son portefeuille.

 

#EviHob #Ruralite


Violaine Brissart
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR (+ modèles de contrats et fiches de paie)
par Pascale Carbillet
Services