×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Classement hôtelier : une actualisation des critères où développement durable et numérique donnent le ton

Hôtellerie - mardi 18 janvier 2022 16:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Le classement hôtelier évolue : le nombre de critères obligatoires lié au développement durable a quadruplé, car les comportements et les attentes ont évolué. Explications et revue de détail avec Guillaume Lemière, directeur des affaires juridiques et réglementaires d'Atout France.



'Avec le renforcement des critères de développement durable, on renforce la crédibilité du classement', souligne Guillaume Lemière chez Atout France.
© DR
'Avec le renforcement des critères de développement durable, on renforce la crédibilité du classement', souligne Guillaume Lemière chez Atout France.

La donne va changer à partir du 1er avril 2022. Un arrêté du 29 décembre 2021, publié au Journal officiel du 14 janvier 2022, valide un nouveau tableau de classement hôtelier, qui concerne 87 % des chambres en France. Une actualisation menée par Atout France, qui se base notamment sur des critères liés au développement durable et au numérique. Un parti pris qui répond à une double attente : “Celle des clients et celle des hôteliers”, constate Guillaume Lemière, directeur des affaires juridiques et réglementaires d’Atout France. “Le nombre de critères liés au développement durable a quadruplé”, poursuit-il, passant de 3 à 12. Le tout assorti d’un barème de points.

Quelques exemples : pour maintenir son classement et éviter de sortir de la piste aux étoiles – car, ici, pas question de rétrogradation -, il faudra au moins avoir pris une mesure de réduction d’eau et d’économie d’énergie, trier les déchets, inciter les clients à ne pas changer de serviettes de bains systématiquement, utiliser un produit d’entretien respectueux de l’environnement, travailler en cuisine trois produits issus du bio ou du commerce équitable… la liste est longue. Quant à l’obligation de former son personnel au développement durable, avec un programme d’au moins trois heures, validé par un organisme de formation, l’inspecteur d’un dossier de classement pourra retirer 5 points en cas de non-respect. “Avec le renforcement des critères de développement durable, on renforce la crédibilité du classement, tout en préservant son économie générale et sa spécificité”, explique Guillaume Lemière, qui ajoute : “Le classement n’est pas devenu un label environnemental.”

Valoriser certaines séquences du parcours client avec le numérique

Le digital se fait aussi critère de qualité. Atout France incite, en effet, à valoriser certaines séquences du parcours client avec le numérique. À l’instar du check-in, la clé de chambre sous forme de QR code ou une version numérique du room directory. “Mais cela ne doit pas empêcher d’avoir du personnel à la réception, prévient Guillaume Lemière. Bien au contraire. Déchargé de l’enregistrement des informations administratives, un réceptionniste peut, par exemple, accompagner un client jusqu’à sa chambre.” Atout France a également imaginé de nouveaux dispositifs pour faciliter la mutualisation d’équipements et de services entre hébergements classés : une piscine peut ainsi devenir commune à deux hôtels. Enfin, les auberges de jeunesse – elles sont quelque 350 en France - devront répondre, elles aussi, à des critères de qualité à partir du 1er juillet 2022.

#ClassementHotelier


Anne Eveillard
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Accompagnement pour l'acquisition et la transmission
par Adeline Desthuilliers et Mahmoud Ali Khodja
Services