×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Le groupe Millésime fait évoluer son modèle économique

Hôtellerie - mercredi 21 juillet 2021 11:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Le groupe a amorcé une nouvelle phase de développement. Au menu : la cession de l'immobilier pour se concentrer sur l'exploitation hôtelière, et l'ouverture d'établissements plus vastes pour maximiser leur rentabilité.



Le Château de Brindos à Anglet, aux portes de Biarritz, ouvrira ses portes en avril 2022 (photo prise avant travaux, fin 2020).
© Andreas Wenger (MILLESIME)
Le Château de Brindos à Anglet, aux portes de Biarritz, ouvrira ses portes en avril 2022 (photo prise avant travaux, fin 2020).

Depuis sa création en 2014, le groupe Millésime poursuit un seul objectif : faire éclore un “luxe à part” dans ses hôtels. Si l’état d’esprit demeure inchangé, le modèle économique, lui, a été entièrement repensé par les fondateurs, Alexandra et Philippe Monnin. “Nous avons jugé qu’il fallait augmenter la taille de nos maisons. L’hôtellerie est un métier avec beaucoup de coûts fixes et de masse salariale. Un établissement de 30 ou 50 chambres permet de mieux amortir les charges qu’une adresse de 10 chambres. Cela nous permet d’avoir une meilleure assise de rentabilité et plus d’espace pour développer notre concept”, explique l’entrepreneur.

Pour ce faire, le groupe évolue depuis 2019 vers un modèle de “pure player hôtelier”. “Au début, nous étions propriétaires murs et fonds au travers d’une filiale dédiée à chaque projet et détenue conjointement par la holding groupe et des investisseurs financiers – essentiellement des personnes issues de nos réseaux professionnels et amicaux. Nous travaillons désormais en contrat de mandat de gestion hôtelière. Aujourd’hui, les murs et les fonds de nos opérations sont détenus par des tiers investisseurs. On se tourne vers des family offices, des fonds d’investissements spécialisés dans l’hôtellerie, des fonds publics…”, poursuit-il. Quant à la holding groupe, elle reste ouverte à des associés-investisseurs à même d’assurer le développement de la marque, ou le financement des opportunités foncières, le temps de monter les opérations. 

 

Créer une marque référence

Un changement stratégique qui cumule les avantages. “Cela nous donne du poids et de la crédibilité auprès des banquiers, juge Philippe Monnin. Nous passons moins de temps à essayer de convaincre des investisseurs et plus de temps sur ce qui nous plaît vraiment : la recherche de lieux d’exception, le concept et la création d’une vraie marque référence.”

Surtout, cette mutation capitalistique s’est accompagnée d’une évolution significative dans la taille des investissements - ce qui était le but initial. Le jeune groupe hôtelier, qui compte dix maisons opérationnelles, cible dorénavant des lieux de plus de 2 000 m2 et de plus de 30 clés, comme en témoignent ses trois prochains établissements dont l’ouverture est prévue en 2022-2023 : le Château de Brindos (Biarritz), le Château de Théoule (Théoule-sur-Mer) et un domaine oenotouristique à Bordeaux. Soit un investissement de l’ordre de 65 M€.

Face à l’avenir, Philippe Monnin se montre confiant. “Je pense que Millésime est exactement le modèle qu’attendent les clients en cette sortie de crise. Les gens veulent partir plus souvent, moins loin : le staycation est en plein développement. Il y a cette volonté de sortir de chez soi, de faire des expériences, d’aller dans une hôtellerie qui est un lieu de vie. C’est notre ADN.”

#millesime #groupe #philippemonnin #alexandramonnin


Violaine Brissart
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Santé et sécurité au travail en CHR : constituer votre document unique (+ modèles)
par Carole Gayet
Services