×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

La victoire des femmes de chambre de l'Ibis Batignolles

Hôtellerie - mercredi 2 juin 2021 10:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

75 - Paris La longue grève des femmes de chambre de l'Ibis Batignolles, à Paris, a permis de pointer les limites du recours à la sous-traitance. Depuis, la CGT-HPE joue un rôle d'alerte auprès du groupe Accor. Explications.



Le 25 mai, après huit mois de grève, les vingt femmes de chambre de l'Ibis Batignolles, à Paris (XVIIe), ont signé un accord pour de meilleures conditions de travail.
© DR
Le 25 mai, après huit mois de grève, les vingt femmes de chambre de l'Ibis Batignolles, à Paris (XVIIe), ont signé un accord pour de meilleures conditions de travail.

Elles auront bataillé près de deux ans, dont huit mois de grève. La vingtaine de femmes de chambre de l’hôtel Ibis Batignolles, à Paris (XVIIe), ont signé le 25 mai un accord leur garantissant de meilleures conditions de travail et une revalorisation salariale. La raison de leur colère était la sous-traitance de leurs tâches. Un dispositif auquel le secteur de l’hôtellerie a de plus en plus recours. Car, sur le papier, la sous-traitance cumule les avantages. À commencer par une meilleure maîtrise des coûts, ainsi que l’absence de congés à payer et d’absentéisme à gérer.

Sauf que, sur le terrain, c’est une autre histoire. À l’Ibis Batignolles, les femmes de chambre réclamaient notamment des contrats à temps plein et l’internalisation de leur prestation, et la fin du paiement à la chambre. Car les cadences étaient rudes, avec une douzaine de chambres à faire par tranche de quatre heures. Un rythme soutenu, difficile à tenir, doublé d’un plus grand risque de blessure ou d’accident du travail. Pour le syndicat CGT-HPE (hôtels de prestige et économiques), externaliser le métier de femme de chambre, “c’est le déconsidérer”, commente Claude Lévy, l’un de ses représentants. Or, pour 67 % des clients d’hôtels, la propreté est “le plus important dans une chambre”, rappelle une étude du cabinet Coach Omnium.

 

“Pour la revalorisation des métiers pénibles”

Les problèmes liés à la sous-traitance, c’est un combat que nous menons depuis dix ans. Nous avons déjà permis de mettre fin à cette pratique dans une quinzaine d’hôtels”, reprend Claude Lévy. Partisan de “la revalorisation des métiers pénibles”, il se félicite de la sortie de crise trouvée par la CGT-HPE, AccorInvest et STN, à qui Accor sous-traite l’entretien des chambres de l’Ibis Batignolles. “Accor reconnaît désormais notre rôle d’alerte, dès qu’il y a un risque de dérive des pratiques”, souligne Claude Lévy. Une façon d’aller d’abord à la discussion, voire la conciliation, avant la grève.

Le dialogue, c’est ce que demandent aussi une partie des salariés de l’hôtel Westin Paris Vendôme (Ier) depuis le 4 mars. Chaque jeudi, à l’appel de Yamina Bellahmer, salariée de l’hôtel estampillé Marriott et membre du comité social et économique (CSE), ils manifestent pour dire leur mécontentement face au plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). Celui-ci doit se solder par 168 suppressions de postes. Toutes les femmes de chambres et gouvernantes sont concernées, avec externalisation de leurs missions à la clé. La CGT-HPE soutient les manifestants. “Mais le PSE est homologué, confie Claude Lévy. La bagarre ne sera pas facile. Le conflit risque de durer.

#ibis #batignolle #femmedechambre #greve #accor


Anne Eveillard