×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Monsieur George : une 'maison de famille' signée Anouska Hempel

Hôtellerie - jeudi 16 avril 2020 10:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Paris (75) Le boutique-hôtel de 46 chambres, baptisé Monsieur George, vient d'ouvrir ses portes à deux pas des Champs-Elysées. Imaginé par l'architecte d'intérieur Anouska Hempel, il abrite aussi bar, restaurant et spa "by Le Tigre". Visite guidée pour un voyage immobile en ces périodes de confinement.




Une plaque posée sur la façade indique que le comédien Raimu a vécu de 1934 à 1946 -année de sa mort - dans cet immeuble. Un immeuble cossu de la rue Washington, à Paris (VIIIe), dont les appartements sont ensuite devenus des bureaux, avant que la holding HN6 Active, créée par Hubert et Nicolas Saltiel, n’en fasse l’acquisition. C’était en 2016. L’idée : transformer le bâtiment de six étages en hôtel, baptisé Monsieur George, et ajouter celui-ci à la collection Les Hôtels Monsieur. Une collection qui compte déjà trois établissements à Paris,  projette d’en ouvrir deux autres rive droite, d’ici à  2021, et de rénover une récente acquisition, située entre le boulevard Montparnasse et le jardin du Luxembourg, en 2021.

 

Un univers "hors du temps"

"Le chantier a duré trois ans et demi." Nicolas Saltiel, gérant des Hôtels Monsieur reconnaît que les délais ont été dépassés. Mais il prend du recul. Il voulait un hôtel unique en son genre à Paris, il l’a obtenu en choisissant l’architecte d’intérieur Anouska Hempel pour imaginer un univers "hors du temps", dit-il. Il souhaitait poursuivre son approche la plus juste du boutique-hôtel : c’est réussi. Le concept conjugue petite capacité - 46 chambres, dont 3 suites -, déco et décors à forts partis pris, services personnalisés et situation géographique idéale : Monsieur George se situe à deux pas des Champs-Elysées. La clientèle urbaine et celle d’affaires sont visées. Une clientèle nomade, sensible à l’art de vivre et la culture. D’où la carte blanche donnée à Anouska Hempel, dont Nicolas Saltiel avait pu apprécier le travail en séjournant au Blakes à Londres.

 

Clin d’œil aux manoirs anglais du XVIe siècle

Du lobby au dernier étage, c’est la continuité d’un style tout en osant les contrastes. Si le noir et le vert dominent à la réception, pensée comme un petit cabinet, et au Galanga, le restaurant-bar de 50 places, en revanche tout est blanc au 6e étage mansardé, avec terrasses. A ce dernier étage, l’extérieur prend le pas sur l’intérieur : la déco minimaliste, où les motifs au pochoir gris pâle s’allient à la légèreté des rideaux de mousseline, s’efface pour laisser la place à une vue sur la tour Eiffel ou sur le Sacré-Cœur. Le travail d’Anouska Hempel réside aussi dans les détails. Dans les chambres « Chequer » - clin d’œil aux manoirs anglais du XVIe siècle -, des sols en damier, aux motifs taillés tel un échiquier, côtoient des tons laqués foncés et brun pâle. Dans les chambres 'Windsor', place au taffetas gris et autres velours bouffants. Des matières précieuses, audacieuses, fragiles aussi dans un hôtel. Préserver l’effet de la tonalité immaculée du 6e étage va relever du défi pour les gouvernantes du Monsieur George ! Mais il suffit de flâner dans le Blakes londonien, qui a vu le jour en 1981, pour comprendre qu’un hôtel signé Anouska Hempel traverse les décennies sans se démoder. Plus il se patine, plus il prend l’allure d’une maison, positionnement recherché par Nicolas Saltiel.

 

Table d’amis et spa dans une cave voûtée

Même élégance, accords parfaits et atmosphère feutrée dans le restaurant-bar, qui s’ouvre sur une cour végétalisée. Deux tables sont également installées dans un jardin suspendu, peuplé de plantes aromatiques. Du vert encore… jusque dehors. Carte courte, cocktails et un millier de bouteilles dans la cave de 20 m2, où une table d’amis peut être dressée. Là, côté déco, pas de fioritures : table ovale en marbre, fauteuils et un maximum de place pour les bouteilles, casiers, caisses en bois. Les sens et l’essentiel aussi dans le spa by Le Tigre, situé dans la cave voûtée, avec dominante de bois blond, lumière dorée, sauna et hammam. Si Nicolas Saltiel se dit inconditionnel du travail et de l’œil d’Anouska Hempel, il change d’architecte d’intérieur ou de designer pour chacun de ses Hôtels Monsieur. "Car ils ont tous leur propre personnalité", explique-t-il. D’ailleurs ils portent tous le nom d’une personnalité liée au quartier où ils se situent dans Paris. A l’instar du futur Monsieur Aristide – hommage à l’écrivain Aristide Bruant -, une "maison de 25 chambres" qui ouvrira à la rentrée 2020, à Montmartre, dont le chantier est mené par l’architecte d’intérieur Marion Collard. Quant à l’hôtel Monsieur Eugène – allusion à l’artiste Eugène Galien Laloue -, attendu en 2021 entre Bourse et Opéra, sa conception a été confiée au studio de design Be-poles.

 

Les acteurs de la déco

Elle a tout dessiné. Assises, tables, chevets, motifs, frises le long des murs… tout est passé par le bureau de l’architecte d’intérieur Anouska Hempel. Pour ne rien laisser au hasard. Pour tout maîtriser – le nom des fournisseurs reste secret - et créer les accords les plus justes entre couleurs - vert, noir, blanc, doré… - et matières, dorures, lumières et luminaires. Des luminaires tous fabriqués sur mesure en Italie. Même souci du détail pour le choix des bougies, parfumées au jasmin vert. Vert comme la tonalité dominante qui pare et décore Monsieur George, pour en faire un boutique-hôtel très à part à Paris.

#MonsieurGeorge #HotelsMonsieur #HubertSaltiel #NicolasSaltiel #AnouskaHempel #Decoration #AtelierDeco 


Anne Eveillard
Journal & Magazine
Services