Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Les dîners en suite privatisée, ou comment soigner sa clientèle et sa marge

Hôtellerie - mardi 14 janvier 2020 11:52
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

L'organisation de repas en suite, le soir de la Saint-Valentin par exemple, permettrait d'augmenter au moins d'un tiers les revenus des établissements proposant ce type de prestation.



Les hôtels pourvus de restaurant ne retiendraient à dîner que 30 % de leurs visiteurs. “Les 70 % restants se restaurent à l’extérieur, parfois parce qu’ils désirent une spécialité qui n’est pas à la carte de l’établissement où ils résident, ou bien dans leur chambre. C’est notable chez les femmes d’affaires, qui apprécient peu les repas en solitaire dans les salles de restaurant”, explique Bernard Boutboul, fondateur du cabinet Gira. Peut-être est-ce cette volonté de ne pas partager son intimité avec des inconnus dans des lieux communs qui explique en partie le succès des soirées privées dans des suites le soir de la Saint-Valentin.

“Les hôtels, 4 et 5 étoiles que nous avons accompagnés sur cette offre souhaitent rester discret, car c’est innovant, ajoute l’expert. Tous ont augmenté leurs revenus de plus de 30 %. Il y a bien entendu le prix du repas - supérieur d’un tiers au même dîner servi au restaurant -, le coût de la chambre mais aussi de nombreux services additionnels comme les fleurs, les surprises… qui constituent le package. Pour la Saint-Valentin 2019, les demandes ont été trois fois supérieures à l’offre, limitée par la possibilité de mettre à disposition, à minima, des suites juniors. Même le petit déjeuner était servi en chambre, ce qui témoigne du désir de garder cette soirée pour soi avec un programme unique et sur mesure qui valorise le prescripteur.”

 

“Séminaires d'état-major”

Bernard Boutboul ajoute que les repas dans les suites ne séduisent pas que les amoureux en recherche d’intimité et d’exclusivité. “Pour la Saint-Valentin ou non, des couples demandent à dîner dans des suites même sans y dormir. Côté tourisme d’affaires, l’aspect confidentiel séduit les cadres d’entreprises qui se réunissent pour ce que nous nommons ‘des séminaires d’état-major’ : une suite est réservée pour huit à dix personnes qui apprécient de disposer de tous les équipements et services dans un cadre de prestige avec une offre, surtout en restauration, sur mesure. La discrétion, l’absence de signalétique, de fléchage dans le hall ou à la réception, est un point fort !”, analyse Bernard Boutboul.

#Diner #Suite #SaintValentin

 

 


Francois Pont
Les dîners en suite, un instrument de prestige à l'Hôtel Royal Évian

Pour les 110 ans de l’Hôtel Royal à Évian (Haute-Savoie), le palace offrait, durant les six derniers mois de l’année 2019, la possibilité de dîner, pour 2 à 8 convives, dans l’intimité de la suite Edouard VII ou de la suite royale, parmi les plus belles de l’établissement. “Nos habitués ont plébiscité cette offre car ils découvraient un lieu inconnu et prestigieux. Pour le prix et le temps d’un repas, ils séjournaient dans une suite sans devoir y dormir, alors que le tarif d’une nuitée est de l’ordre de 6 à 8 000 €”, explique Anne-Sophie Aubrée, en charge des relations publiques du palace. “Les suites se prêtent idéalement à un repas d’exception dans un cadre d’exception et si l’offre ‘Dîner Royal 110’ s’est achevée le 30 décembre, il est toujours possible de privatiser une suite pour un dîner prestigieux”, explique-t-elle. L’excellente maîtrise du planning de réservation exclut la perte d’une nuitée à plusieurs milliers d’euros en raison d’un dîner pour deux convives. “Cela ne nous est jamais arrivé”, confirme Anne-Sophie Aubrée.

Journal & Magazine
#CORONAVIRUS
Offre spéciale d'abonnement gratuit jusqu'au 30 juin 2020
Services