×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

Réussite : "J'ai racheté mon hôtel 2 M€ sans apport, en étant un simple cuisinier"

Hôtellerie - vendredi 11 décembre 2015 16:35
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Au sein du réseau Choice Hotels, Michel Galerne est l'un des plus actifs. Il a su convaincre les banques grâce à la bonne gestion de son établissement et à sa volonté d'entreprendre.



Marlyne et Michel Galerne, propriétaires du Comfort Hotel Lille Tourcoing.
Marlyne et Michel Galerne, propriétaires du Comfort Hotel Lille Tourcoing.


Michel Galerne a débuté sa carrière en obtenant un CAP puis un BEP de cuisine à la fin des années 1980. "Je voulais apprendre la cuisine gastronomique", explique-t-il. Son envie est bientôt mise en sommeil pour cause de service militaire. De retour, il accepte la direction du Resthotel-Primevère à Tourcoing, un hôtel de 53 chambres qui est la propriété d'une vingtaine d'investisseurs. "J'ai signé tout de suite." Mais le statut de salarié ne lui plait guère : "Je voulais être mon propre patron", explique-t-il. Aussi, quand en 1995 on lui propose de devenir gérant tout en prenant 3 % des parts du capital, il accepte immédiatement. Mais ce n'est qu'en 1997 qu'il se lance dans l'entrepreneuriat en rachetant un petit fonds de commerce de 10 chambres à Seclin, qu'il gère tout en restant au Primevère, devenu entre-temps Comfort, une enseigne Choice Hotels.

L'histoire aurait pu s'arrêter là. Mais en 2002, la rencontre avec celle qui allait devenir sa femme, Marlyne, le pousse vers un projet beaucoup plus ambitieux : la reprise du Comfort qu'il a tellement contribué à valoriser. Le projet mûrit et c'est en 2007 qu'il propose aux investisseurs de racheter 97 % des parts de la société, "pour quasiment presque rien car [le couple n'avait] aucun fonds propres."

 

Une gestion qui séduit les banques

Surpris par leur audace, les investisseurs acceptent. "Ils ont été bluffés par ce cuisinier qui voulait devenir investisseur", dit-il. Dans le même temps, l'hôtelier recherche un prêt bancaire car l'investissement total (rachat des parts +  crédit de la SARL) s'élève à  2 M€. "On a essuyé le refus de six banques", se souvient-il.

Pourtant Michel Galerne tient bon. Il invite les responsables des banques à venir dans son restaurant. "C'était important de leur montrer comment nous fonctionnions car le restaurant marchait très bien, nous faisions plus de 50 couverts le midi. Quant à l'hôtel, comme nous ne prenions pas de dividendes et que nous réinvestissions l'argent gagné, les locaux étaient parfaits." Après une journée de visite, la banque accepte d'emblée : "Ils ont été tellement étonnés qu'ils nous ont accordé notre crédit sans même regarder le bilan, estimant que le million d'euros de chiffre d'affaires que nous réalisions étaient amplement valorisé à 3 M€", ajoute-t-il.

 

Un fort engagement local

Aujourd'hui, après avoir été président de la branche hôtelière de l'Umih de la région Lille-Roubaix-Tourcoing, Michel Galerne s'investit au niveau local. Il a été nommé conseiller technique à la chambre de commerce de Lille et intervient également  à l'école de commerce ESUP-com. "Je suis ravi de sensibiliser de jeunes étudiants en école de commerce à la problématique hôtelière." Hôtelier modèle chez Choice, il a, pour la quatrième fois consécutive, reçu le prix du meilleur hôtel Comfort d'Europe de l'Ouest. Pour lui, cette récompense salue la pérennité de leur action : "C'est la preuve que des personnes de condition modeste, un cuisinier et une serveuse, peuvent devenir des entrepreneurs reconnus et être propriétaires de leur hôtel. Le destin, il faut savoir, parfois, le forcer."

Catherine Avignon
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en fiches pratiques
par Jean-Philippe Barret et Eric Le Bouvier
Services