×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Hôtellerie

De la barre du tribunal au 4 étoiles

Hôtellerie - lundi 31 août 2015 10:14
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Thiers (63) Alain Beauvoir et Antoine Mendez ont repris l'ancien Parc Geoffroy, devenu le Clos Saint-Éloi, un hôtel de 31 chambres.



Alain Beauvoir dans le parc du Clos Saint-Éloi.
Alain Beauvoir dans le parc du Clos Saint-Éloi.

L'affaire était mise aux enchères au tribunal de commerce de Thiers (Puy-de-Dôme). Alain Beauvoir, originaire de la ville, n'a pas résisté ; il a fait une offre et a remporté la mise. L'ancien Parc Geoffroy a par la suite été rénové, de fond en comble, avec un investissement de 1,3 M€ et est devenu le Clos Saint-Éloi, en référence au saint patron des couteliers. "Nous avons choisi d'être classé 4 étoiles pour nos 31 chambres. L'agglomération manquait d'établissements de ce niveau pouvant accueillir des cars." Les prix sont compris entre 85 et 95 € la nuit. Le Clos propose des soirées-étapes et le restaurant "a bien débuté, en particulier le midi." L'équipe se compose de 17 personnes. Tout s'est fait très rapidement. "J'ai embauché le chef par téléphone et nous avons fait la première carte par e-mail", confie Alain Beauvoir.

L'hôtellerie à tout prix

Le professionnel se voyait hôtelier, mais son père voulait faire de lui un ingénieur. Après son bac, il a donc suivi les filières spéciales de la CCI pour "obtenir l'équivalent d'un BTS hôtelier. Les classes de mise à niveau n'existaient pas à l'époque". Il a travaillé en Suisse, dans des hôtels de luxe à Paris, puis a passé dix ans à l'étranger. Avec un associé, Antoine Mendez, il a repris le Bistrot du boucher de Savigny-sur-Orge (91), associé toujours présent dans l'aventure thiernoise. Maintenant, "nous préparons des offres comme un partenariat avec le Moulin bleu, un cabaret local."


Pierre Boyer
Journal & Magazine
N° 3764 -
21 janvier 2022
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Covid -19 : principales aides aux CHR et mesures à respecter
par la Rédaction de l'Hôtellerie-Restauration
Services