×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Fonds de commerce

L'excédent brut d'exploitation, indicateur de la rentabilité d'une affaire

Fonds de commerce - mercredi 6 mai 2015 09:33
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Ce solde correspond à l'excédent qui restera dans l'entreprise en ne tenant compte que des produits et charges nécessaires à l'exploitation.



L'EBE ne dépend ni de la politique de financement de l'entreprise, ni des éléments exceptionnels qui ont pu affecter le résultat, ni de la politique d'amortissement suivie.
© Thinkstock
L'EBE ne dépend ni de la politique de financement de l'entreprise, ni des éléments exceptionnels qui ont pu affecter le résultat, ni de la politique d'amortissement suivie.

Qu'est-ce que l'excédent brut d'exploitation ?

L'excédent brut d'exploitation (EBE) est un solde intermédiaire de gestion (SIG) qui s'établit après avoir déduit du chiffre d'affaires HT, augmenté des subventions, les achats, les services extérieurs et autres charges, les impôts et taxes, les salaires et charges sociales.

_________________________________________________________ 

Formules

(CA + subventions) - (achats + services extérieurs) = valeur ajoutée (VA)

VA - (impôts + frais de personnels) = EBE

_________________________________________________________

L'EBE est le meilleur indicateur de la rentabilité intrinsèque de l'exploitation, car il correspond à l'excédent de trésorerie qui restera dans l'entreprise en ne tenant compte que des produits et charges nécessaires à l'exploitation. L'EBE exclut donc les produits et charges provenant :

- du financement de l'entreprise : les produits et charges financières ;

- de l'acquisition d'immobilisations : les dotations aux amortissements ;

- des opérations exceptionnelles.

Il est calculé sans prendre en compte la politique d'investissement et la gestion financière. L'EBE ne dépend donc ni de la politique de financement de l'entreprise (emprunt ou augmentation de capital) ni des éléments exceptionnels qui ont pu affecter le résultat de l'entreprise, ni de la politique d'amortissement suivie par l'entreprise.

 
Pourquoi retraiter l'EBE ?

- On retraite l'EBE lorsqu'il y a des charges exceptionnelles qui pèsent sur un exercice et qui sont prises en compte dans la formation de l'EBE.

- On le fait également lorsque les rémunérations des gérants sont incluses dans la masse salariale et que ceux-ci n'occupent pas à temps plein un poste dans l'entreprise. 

Les déductions ainsi opérées, l'EBE obtenu est censé refléter le résultat normal de l'exploitation.

 

Comment retraiter l'EBE ?

Il s'agit d'une présentation extra-comptable qui isole dans un premier temps les charges considérées comme exceptionnelles (avec leur justification) et le calcul par déduction de celles-ci. Le nouvel EBE est naturellement plus élevé.

- Il faut retraiter l'EBE que l'on soit acheteur ou vendeur car il faut mettre en évidence le fonctionnement normal de l'exploitation.

- Il faut également le faire lorsqu'il s'agit de charges qui, sans conteste, ont un caractère exceptionnel et qui aurait échappé à l'analyse de l'expert-comptable lors de l'établissement du bilan.

- Attention : on doit aussi retraiter à charge chaque fois que l'exploitation fonctionnera d'une façon anormale ou bénéficiera d'un avantage qui ne sera pas reconduit pour le nouveau propriétaire. Dans ce cas, il faudra évaluer la somme économisée et la porter en déduction de l'EBE.

 

Définir le fonctionnement anormal

- Exemple 1 : un hôtel-restaurant n'a pas de veilleur de nuit car les gérants couchent dans une chambre de l'hôtel et il n'y a pas d'appartement de fonction. C'est un fonctionnement anormal car le mode de vie des propriétaires (vivre dans une chambre de l'hôtel) ne peut être imposé au repreneur. Dans ce cas, il faudrait diminuer l'EBE au moins d'un poste de veilleur. Ce serait un fonctionnement normal s'il existait dans l'hôtel un appartement de fonction. 

- Exemple 2 : le gérant, chef de cuisine occupant le poste dans l'entreprise et salarié jusqu'alors, prend sa retraite. S'il continue à exercer la fonction en ne percevant plus de salaire, il y a un fonctionnement anormal et son ancien salaire doit être déduit de l'EBE.

- Exemple 3 : dans le cas où un parent ou l'épouse du gérant occupe de façon continue un poste dans l'entreprise sans rémunération. Il faut retraiter l'EBE mais à charge en diminuant l'EBE constaté d'un salaire d'un employé occupant le même poste.

- Exemple 4 : dans le cas où l'exploitation paye les remboursements d'emprunts du véhicule personnel du dirigeant ainsi que son entretien. Il faut retraiter l'EBE en cas de frais déplacement payés par l'entreprise mais sans rapport avec l'activité de l'exploitation.

 

Dans quel cas ne pas retraiter l'EBE

Lorsqu'il s'agit de retirer les salaires des gérants occupant un poste dans l'exploitation. En effet, le résultat est obtenu avec leur travail et si on doit déduire leur rémunération, il faudrait prévoir de la remplacer par le salaire d'employés occupant les postes. Pour être totalement rigoureux, il faudrait déduire la partie de salaire prélevée par les gérants qui dépasserait le montant des rémunérations des employés embauchés à leur place.

Jean Castell, Neghotel, Auteur du Blog des Experts

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Idées simples pour doper les recettes de votre restaurant
par Bernard Boutboul
Services