×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Emploi

Expatriation : cap sur la Belgique

Emploi - vendredi 10 janvier 2020 11:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

À 1 h 20 de TGV depuis Paris, la Belgique est l'un des pays frontaliers les plus accessibles. Immobilier abordable, taux de chômage plus bas qu'en France, espaces verts… Ils sont autour de 600 000 expatriés à y vivre aujourd'hui. Parmi eux, 10 % de Français vivent à Bruxelles.



Près de 62 000 Français seraient installés à Bruxelles.
© GettyImages
Près de 62 000 Français seraient installés à Bruxelles.

Capitale de l’Europe, Bruxelles attire beaucoup de candidats à l’expatriation. Près de 62 000 Français y seraient installés à ce jour. Selon un rapport de l’Institut bruxellois de statistique et d’analyse (IBSA), le nombre d’habitants étrangers issus des pays de l’Union européenne a d’ailleurs augmenté de 72 % en onze ans (entre 2005 et 2016). En tout, environ 600 000 expatriés vivent en Belgique.

Il faut dire que pour les ressortissants de l’Union européenne, la libre circulation des travailleurs implique une égalité de traitement en matière d’emploi. Pas de souci à se faire non plus pour la famille, qui bénéficie d’un “droit de séjour étendu”. Mais attention : il n’est pas pour autant si facile d’y décrocher un emploi !

 

Travailler en Belgique

D’un point de vue légal, c’est très simple : il suffit d’être de nationalité française et de s’inscrire auprès du service des étrangers de la commune où est situé l’établissement. Une carte de séjour vous sera délivrée pour une période de cinq ans. Attention : les impôts sont payables en France.

 

Dans quelles conditions ?

La rémunération est a priori plus élevée qu’en France. À noter toutefois que le temps de travail hebdomadaire est aussi plus long : 38 heures par semaine et 21 jours de congés annuels. Le coût de la vie est plus bas qu’en France. Se loger à Bruxelles est par exemple plus abordable qu’à Paris. S’il n’y a pas de smic en Belgique, il y a un salaire minimum fixé par les conventions collectives de travail pour chaque branche professionnelle. À cela, s’ajoute souvent un treizième mois. 

 

Quelles langues sur place ?

En Belgique, on parle le français, mais aussi le flamand, et très souvent l’allemand et l’anglais. Un bon niveau de langues est fortement conseillé.

 

Conseils avant départ

Avant de s’expatrier, mieux vaut déjà avoir trouvé son emploi. Pour cela, pensez à consulter le Pôle emploi international et le site Eures. Si vous partez sans avoir signé de contrat, pensez à vous inscrire comme demandeur d’emploi auprès du Forem (www.leforem.be) pour la région wallonne, d’Actiris pour Bruxelles (www.actiris.be), du Vdab pour la région flamande (www.vdab.be) et enfin de l’Arbeitsam (www.adg.be) pour la région germanophone.

#Expatriation #Belgique


Mylène Sacksick
Journal & Magazine
Services