×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Emploi

Une journée avec John Rodrigues, directeur hébergement au Brighton

Emploi - vendredi 12 janvier 2018 11:01
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

75 - Paris Il y a trois ans, John Rodrigues a rejoint la France pour y exercer la profession de directeur hébergement au sein du 4 étoiles parisien. Reportage.



• 9 h 30 : Toujours enjoué, souriant, John Rodrigues est à l'aise en toute situation. Et c'est tant mieux. Car être directeur hébergement dans un 4 étoiles parisien, à deux pas de la place de la Concorde, n'est pas de tout repos. L'établissement de 62 chambres accueille une clientèle cosmopolite et familiale. Ici, on se connaît. Il n'est ainsi pas rare que John Rodrigues passe des dizaines de minutes dans le lobby chaque matin, avant même de pouvoir déposer son manteau ! "Une petite famille au grand coeur", voilà d'ailleurs comment l'homme de 42 ans définit le groupe Esprit de France, auquel appartient le Brighton.


• 9 h 50 : Chauffage, fuite, problèmes techniques, attribution des chambres : à peine arrivé, le directeur hébergement reçoit la liste des sujets du jour. "Pour être efficient, il faut régler les soucis dans l'heure", affirme-t-il son téléphone à la main. Tout en prenant des réservations par téléphone, il dispache le travail de ses équipes. Cette organisation rigoureuse permet au Brighton d'obtenir de forts taux de satisfaction : 87 % de clients contents de leur séjour et 96 % satisfaits de l'équipe sur place.


• 10 h 30 : Le brief avec son yield manager lui permet de réajuster le prix des chambres régulièrement. "Répondre aux attentes du marché est capital", résume le directeur de l'hébergement qui file au rendez-vous quotidien avec ses chefs de service. "Cela nous permet de partager nos informations et de faire un état des réservations du jour." Ce matin justement, deux clients VIP arrivent. Un accueil personnalisé est organisé, avec cadeaux, petits chocolats et bouteilles de vins à la clé.


• 14 h 15 : John Rodrigues aime passer du temps en conciergerie. Son penchant pour le relationnel humain n'y est pas pour rien. Une exposition coup de coeur, un nouveau restaurant à tester, il aime conseiller ses clients pour mieux les connaître. Comme souvent dans la profession, il en profite pour compléter son cardex, la bible des concierges dans l'hôtellerie.


• 16h30 : Le directeur hébergement fait son petit tour dans l'hôtel. L'occasion de croiser le personnel des étages et de faire le point avec sa gouvernante. "Souvent, je vérifie une ou deux chambres au hasard pour m'assurer que le niveau de services est à la hauteur de notre réputation."


• 18 h 30 : John Rodrigues termine sa journée de travail en se concentrant sur l'administratif. Planning des équipes, jours de congés, recrutement, tout est passé au crible. "Directeur de l'hébergement est un métier passionnant, mais extrêmement prenant. Il faut savoir gérer cet emploi avec une vie de famille." Mais à voir son sourire du matin au soir, on se dit que visiblement, le jeu en vaut la chandelle !


Mylène Sacksick
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion des équipes et du service en CHR
par André Picca
Services