Actualités
Accueil > Actualités > Emploi

Comment relancer un recruteur après un entretien

Emploi - mardi 4 juillet 2017 16:09
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

75 - Paris On s'imagine souvent qu'en recontactant son interlocuteur après un entretien d'embauche, on risque de l'importuner et de se disqualifier à ses yeux. Pourtant, l'expérience prouve que si la relance est bien faite, elle peut au contraire vous faire gagner des points.



L'entretien tant attendu a bien eu lieu, mais depuis c'est silence radio. Objectif : obtenir une réponse, sans donner l'impression de mettre la pression.
© Mylène Sacksick
L'entretien tant attendu a bien eu lieu, mais depuis c'est silence radio. Objectif : obtenir une réponse, sans donner l'impression de mettre la pression.

L'entretien tant attendu a bien eu lieu, mais depuis c'est silence radio. Deux possibilités s'offrent à vous : vous morfondre ou rester proactif. Si vous optez pour la seconde option, vous auriez raison car vous n'avez pas grand-chose à perdre. Soit vous êtes hors course, et votre relance n'y changera rien, soit vous faites bien partie de la 'short list' et dans ce cas, un e-mail pourrait alors repositionner votre candidature en haut de la pile.

Le challenge va donc consister à obtenir une réponse sans donner l'impression de mettre la pression sur le recruteur. Première étape : envoyer un e-mail dans les deux ou trois jours suivants l'entretien. Cinq ou six lignes, pas plus, juste pour vous rappeler au bon souvenir de la personne qui vous avez rencontrée, et réitérer votre intérêt pour le poste et l'entreprise.

Si vous n'avez toujours aucune nouvelle une semaine plus tard, pas de panique. Il se peut que le recrutement ne soit pas encore arrivé à son terme ou que la mission ait été transférée à un autre service en interne. Vous pouvez tout à fait envoyer à nouveau un message, mais cette fois-ci, tâchez de poser une question appelant idéalement une réponse de la part de votre interlocuteur. Exemple : "Puis je me permettre de vous contacter demain pour échanger à ce sujet ?" N'hésitez pas à vous faire préciser l'heure idéale, histoire de vous donner le maximum de chances d'entrer en contact avec le recruteur. Évitez les horaires de début de matinée ou d'après-midi. Si enfin vous arrivez à joindre votre interlocuteur, soyez direct pour ne pas risquer de l'agacer. L'idée est de lui demander poliment un retour sur votre candidature, au prétexte que vous cherchez à en tirer des enseignements.

Trois semaines ont passé et toujours rien ? Les choses ne s'annoncent pas sous les meilleurs auspices. Pour en avoir le coeur net, vous pouvez réessayer de joindre votre interlocuteur, mais directement par téléphone cette fois. Si vous êtes terriblement gêné d'insister, rappelez-vous que donner signe de vie à un recruteur peut également être l'occasion de donner un complément d'information. Par exemple, pour souligner une compétence que vous avez omis de signaler en entretien. Dernière option, qui peut être une excellente nouvelle, lui écrire pour lui annoncer votre embauche… ailleurs !

Mylène Sacksick
Journal & Magazine
Services