Actualités
Accueil > Actualités > Emploi

Salon LHR Emploi : micros-trottoirs des recruteurs et candidats présents au CentQuatre

Emploi - vendredi 13 mars 2015 10:11
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Hier, la huitième édition du salon LHR Emploi, organisé par L'Hôtellerie Restauration, a vu défiler 5 294 visiteurs au CentQuatre à Paris. Sur les 50 recruteurs présents, il y avait près de 3000 postes à pourvoir : en hôtellerie de chaîne ou indépendante, en restauration commerciale ou collective. En parallèle , les espaces de coaching et de conseils en service en salle ont suscité un vif intérêt. Rencontre avec quelques recruteurs, professionnels et candidats.




Le retour des recruteurs...

"Une dizaine de CV retenus"

Semmane Youssef, directeur d'un Buffalo Grill, était présent à LHR Emploi pour recruter pour son établissement et aussi pour l'enseigne. Il y avait 20 postes - d'encadrement : manager, assistant ou directeur de site - à pouvoir pour l'Ile-de-France et le Sud. "Les postes opérationnels tels la cuisine ou la salle sont recrutés sur site. Ca fait trois ans que je fais ce salon. Les bons éléments, on les retrouve généralement le matin à partir de 10h30", dit-il. Sur place, le candidat présente son CV lors de la première rencontre ; puis, si son profil convient, il poursuit avec un entretien de 15 minutes pour présenter son projet… et le salaire souhaité. "On en parle directement car ça ne sert à rien de continuer si le salaire ne convient pas dès le départ", poursuit Semmane Youssef. À savoir que chez Buffalo Grill, les postes d'encadrement sont rémunérés au pourcentage sur le chiffre d'affaires du restaurant, et les chefs de rang ont, en plus du smic, un pourcentage sur leurs ventes. Une dizaine de CV ont retenus l'attention des recruteurs de l'enseigne. Ils seront rappelés le lendemain du salon pour un autre entretien.

"Des profils qui correspondent à nos attentes"

Citadine Apart'Hotel avait 10 postes vacants pour des profils en hôtellerie : réceptionniste, maintenance, adjoint ou directeur de site. "Sur les CV reçus, nous sélectionnons les meilleurs après un temps de lecture en fin de journée du salon LHR Emploi. Ces derniers seront contactés d'ici à une semaine pour une session de recrutement avec les directeurs de site des résidences qui correspondent aux profils, dit Mélanie Talmard, responsable RH chez Citadines Apart'Hotel. Si nous ne pouvons pas avoir un poste pour tous, certains CV seront gardés dans notre candidathèque puisque l'enseigne recrutera dans les mois qui viennent." L'enseigne n'a recourt qu'au salon LHR Emploi pour recruter, car "en une journée, nous voyons des profils qui correspondent parfaitement à nos attentes."

"Elargir le vivier interne"

L'enseigne de restauration rapide Sushi Shop, qui enclenche son développement à l'international (Etats-Unis, Europe, Asie), n'avait pas un nombre de postes déterminé en venant à LHR Emploi. Elle souhaite élargir son vivier interne pour des postes de livreur, équipier, commis cuisinier, manager ou assistant. "Des postes seront à pourvoir au fil de l'eau, dû à la mobilité en interne ou suite aux départs, précise Géraldine Guirand, responsable du développement RH chez Sushi Shop. Par exemple, 15 livreurs et 15 cuisiniers ont été embauchés en février. Ce sera probablement la même trame pour les mois qui arrivent. Les profils qui auront retenus notre attention seront appelés pour un entretien collectif au siège de Sushi Shop. Ensuite, il y a une formation d'une à deux semaines avant d'être embauché dans le shop final."

"20 postes à destination des personnes en situation de handicap"

Le Synhorcat, qui regroupe 13 500 adhérents, était également présent avec 130 postes à pourvoir en France entière. Mais pour cette édition LHR Emploi, il avait aussi 20 postes pour des personnes en situation de handicap. Le syndicat a signé en novembre dernier une convention avec l'AGEFIP pour une mission handicap. "Le Synhorcat a pour mission d'informer ses adhérents, notamment sur le fait que 6 % de l'effectif d'une entreprise de plus de 20 employés doit être des personnes en situation de handicap. C'est important de le savoir", précise Jérôme Doria, membre du Synhorcat et restaurateur dans l'ouest parisien, qui a profité de sa présence à LHR Emploi pour aller à la rencontre de candidats...

___________________________________________________

A la rencontre des candidats...

Tantely Rakotoarivony, 33 ans : "J'ai décroché un entretien"

Il a une expérience de 10 ans dans les différentes marques du groupe Accor, en ayant gravi les échelons de réceptionniste tournant au poste de directeur d'hôtel. Le professionnel est venu au salon LHR Emploi avec la ferme ambition de postuler dans un autre groupe. "J'ai présenté mon parcours, mes compétences chez Adagio qui a un poste d'assistant de direction à me proposer à Bercy. Mon profil a retenu leur attention. J'ai décroché un entretien mardi prochain à 16h30 ! Je suis super content", dit-il.

Maud Azan, 18 ans : "Le salon LHR concentre tous les groupes"

La jeune femme, actuellement en CAP cuisine en alternance au lycée François Rabelais de Dugny, est venue sur le salon pour rechercher en amont une entreprise qui voudra bien la prendre en alternance dès septembre prochain, pour son Bac pro. Armé de son catalogue LHR Emploi, elle a coché tous les recruteurs potentiels où elle souhaitait candidater. "Le salon concentre tous les grand groupes, c'est plus facile pour mes recherches. J'en ai vu une dizaine, j'ai donné mon CV et certains m'ont dit qu'ils allaient me recontacter d'ici à 3 semaines", s'exclame t-elle.

Julien, 24 ans : "Je suis descendu de Picardie pour LHR Emploi"

Le jeune homme a un parcours de cuisinier dans des restaurants gastronomiques. Mais il a envie de changer et bifurquer vers la collectivité pour avoir "des horaires plus souples et évoluer plus rapidement en tant que sous-chef. Je suis descendu de Picardie pour LHR Emploi. Il n'y a pas de boulot dans ma région. Sur le salon, j'ai pu avoir plusieurs pistes de travail en collectivité et dans différents départements. Le déplacement valait le coup !"

__________________________________________________

Vous n'avez pas eu le temps de venir ? Consultez la liste des recruteurs présents avec leurs contacts. D'ici là, L'Hôtellerie Restauration vous donne rendez-vous pour sa prochaine édition, le jeudi 24 septembre 2015.


Hélène Binet
En complément du salon : des espaces service en salle et coaching :

L'association Ô Service, qui a renouvelé sa présence pour la troisième fois, avait créé une mise en scène sur son espace. Les professionnels présents - Joaquim Braz (Groupe Frères Blanc), Simon Peskine (Le Meurice), Stéphane Trapier, Olivier Jacquin (La Tour d'argent), Guillaume Perrin-Miton et Olivier Bikao (39V), Denis Courtiade (Plaza Athénée), Ismael Maatougui (Le Jules Verne), Emmanuel Fournis (formateur) et Florence Grumiaux (manager) - ont écouté les candidats, répondu à leurs questions. Ils les ont aussi guidé en fonction du type de restauration qu'ils leur étaient appropriés. Car "il n'y a pas que la gastronomie. Le service brasserie, en restauration traditionnelle ou autre existent. Chacun doit se sentir à l'aise", indique le président Denis Courtiade. Les professionnels n'ont pas manqué non plus de récolter des CV. D'ailleurs, un chanceux, qui a fait le déplacement depuis St Malo, va peut-être décrocher un stage d'été à La Tour d'Argent ! "Sa maturité et sa détermination m'ont plu", sourit Olivier Jacquin.

Quant à l'ICF, présent depuis les début de LHR Emploi, a suscité aussi un vif intérêt. Il y avait une liste d'attente pour décrocher un tête-à-tête ou un coaching collectif avec les 20 coachs présents. "Nous ne sommes pas là pour donner des conseils aux candidats, mais dévoiler leurs atouts pour qu'ils puissent se "vendre" auprès des recruteurs. Plusieurs sont revenus sur l'espace pour nous remercier car ils avaient réussi à obtenir un entretien sur place", conclut la responsable Stéphanie Damou-Sabry.

Journal & Magazine
Services