×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Conjoncture

Une belle saison estivale pour les hôteliers français, estime In Extenso

Conjoncture - mardi 12 octobre 2021 16:52
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

La généralisation du pass sanitaire semble finalement n'avoir eu que peu d'impact sur l'activité hôtelière, estime le cabinet de conseil. Les performances sont globalement en hausse par rapport à 2020, mais affichent encore un retard sur 2019.



Le mois d'août a été meilleur que juillet sur la Côte d'Azur.
© GettyImages
Le mois d'août a été meilleur que juillet sur la Côte d'Azur.

Les performances hôtelières enregistrées au mois d’août ont confirmé la progression observée dès le mois de juin, observe le cabinet In Extenso TCH dans son baromêtre de la saison estivale, publié le 12 octobre. Le taux d'occupation a atteint 59 % en France (- 19 % par rapport à 2019), et le prix moyen toutes catégories confondues s’est établit à 105 € HT, en nette hausse comparé à août 2019. En données cumulées, le RevPAR (62 €) accuse un retard de 48 % par rapport à 2019.

Durant cette saison, les performances, et notamment le prix moyen, ont été influencées à la hausse en raison de l’écart entre l’offre et la demande, cette dernière ayant été parfois difficile à absorber pour les établissements en manque d’effectif. De plus, les réservations en tarif flexible - plus chères mais plus rassurantes pour les clients - ont été privilégiées. Enfin, les réservations de dernière minute connaissent une forte progression.

“Les bonnes performances pour l’hôtellerie française se confirment cet été qui, comme lors de l’été 2020, a pu compter sur la clientèle française majoritairement restée dans l’Hexagone. Cette tendance de reprise devra désormais s’inscrire dans le temps mais le retour de la clientèle d’affaires pourrait se faire encore attendre dans les prochains mois” , note toutefois Olivier Petit, associé chez In Extenso Tourisme, Culture et Hôtellerie.

 

Le taux d'occupation progresse à Paris et en Île-de-France 

L’hôtellerie parisienne a, toutes catégories confondues, enregistré un niveau d’occupation en progression depuis de début de la saison : 28 % juin et 37 % en juillet et août. Toutefois, le prix moyen s’est légèrement tassé, s’établissant à 132 € HT. Si les performances observées en août sont en nette augmentation par rapport à 2020 (notamment sur les catégories supérieures), avec un RevPAR qui a plus que doublé tous segments confondus cet été, le chiffre d’affaires par chambre disponible demeure quant à lui en recul de 79 % par rapport à 2019, à 27 € HT. La proportion de clientèle nationale est restée relativement stable durant la saison, tandis que la clientèle étrangère était majoritairement européenne. Dans le reste de l’Île-de-France, seule l’hôtellerie super économique enregistre des performances supérieures à celles de 2020.

 

Côte d’Azur : des performances dopées par une belle saison estivale

Le mois d’août a été meilleur que juillet sur la Côte d’Azur. Le niveau d’occupation a atteint 80 %, soit + 5 % par rapport à 2020. Soutenu par le prix moyen (222 € HT toutes catégories confondues), le RevPAR a légèrement dépassé son niveau de 2019, s’établissant à 189 € HT. L’activité a été soutenue dans les catégories super économique et économique, qui ont enregistré des hausses de RevPAR élevées ce mois-ci, respectivement 16 % et 27 %. En données cumulées à fin août, le RevPAR a plus que rattrapé son retard comparé à 2020, avec une progression à + 48 %, mais affiche malgré tout un recul marqué de 48 % par rapport à la même période en 2019.

Cannes est la destination la moins en retard sur les performances de 2019, avec un RevPAR en données cumulées en baisse de 20 %. En août, la destination a enregistré d’excellentes performances aussi bien en termes de prix moyen que d’occupation, permettant au RevPAR de croître de 28 % comparé à août 2019.

 

Des résultats encourageant en régions

La saison estivale a globalement été très dynamique pour l’hôtellerie en régions, avec des nuances selon les marchés. En effet, le taux d’occupation a atteint 65 % en août, dépassant le niveau d’août 2020 mais encore en recul de 10 % par rapport à 2019. Le prix moyen a également sensiblement augmenté, à 96 € HT (+ 11 % par rapport à 2019). La recette moyenne par chambre louée est en hausse de 6 % par rapport à 2019. Le RevPAR a même atteint en août un niveau comparable à celui observé en août 2019, soutenu par la hausse du prix moyen. L’embellie estivale s’est surtout fait ressentir sur les littoraux : le prix moyen a augmenté  tous segments confondus par rapport à 2019, en particulier sur les littoraux Ouest-Bretagne et Pays de la Loire, et Sud-Ouest-Nouvelle Aquitaine.

 

#InExtensoTCH #barometre


Roselyne Douillet
Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
La cuisson sous vide à juste température expliquée
par Bruno Goussault
Services