Actualités
Accueil > Actualités > Conjoncture

La fréquentation chute de 73 % dans les hôtels en juin

Conjoncture - mercredi 2 septembre 2020 12:00
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Alors que l'année 2020 avait bien commencé pour l'hôtellerie française, le nombre de nuitées s'est effondré depuis la mi-mars. La clientèle française n'a pas suffi à remplacer les touristes internationaux, notamment en Île de France qui accuse les pertes les plus grandes.



Les Champs-Élysées déserts pendant le confinement en France. La ville de Paris et l'Île-de-France sont les plus touchées par l'absence de clientèle internationalise et d'affaires depuis mi-mars.
© GettyImages
Les Champs-Élysées déserts pendant le confinement en France. La ville de Paris et l'Île-de-France sont les plus touchées par l'absence de clientèle internationalise et d'affaires depuis mi-mars.

 

L’hôtellerie française a enregistré 5,8 millions de nuitées en juin 2020, soit une baisse de 73 % par rapport à juin 2019, affirme l’Insee dans une enquête publiée le 31 août. Le taux d’ouverture des hôtels est remonté au-dessus de 70 % en juin, sauf en Île-de-France, avec seulement  51 % d’hôtels ouverts. A contrario, 82 % des hôtels du littoral étaient ouverts en juin.

Toutefois, les établissements ont souvent restreint leur nombre de chambres disponibles, anticipant une baisse de la demande par rapport aux années précédentes. Malgré cela, les chambres ont été peu occupées, avec des taux d’occupation autour de 35 % en juin 2020, alors qu’ils étaient de 70 % à la même période l'année dernière. Un tiers des hôtels ouverts n’a pas atteint 20 % de taux d’occupation en juin 2020.

 

L’Île-de-France et le haut-de-gamme lourdement impactés

L’Île-de-France est plus touchée que le reste du territoire: le nombre de nuitées chute de 88 % en juin dernier par rapport à juin 2019, contre une baisse de 67 % en province, indique l'Insee. L’absence de clientèle non-résidente au second trimestre 2020 a particulièrement pénalisé la région francilienne, car cette fréquentation y est habituellement majoritaire à partir du mois d’avril et jusqu’en octobre. En outre, la clientèle professionnelle a probablement été réduite en Île-de-France, en l’absence de salons, séminaires et congrès.

En province, le nombre de nuitées hôtelières en juin 2020 représente le tiers du niveau de juin 2019, notamment sur le littoral (31 %) ainsi que dans les espaces peu densément peuplés.

La fréquentation hôtelière s'est effondrée dans le haut de gamme (4 étoiles et 5 étoiles) : le nombre de nuitées a chuté de 83 % en juin par rapport à son niveau de l’année dernière. Les hôtels 4 étoiles et 5 étoiles représentaient 27 % de l’ensemble des nuitées hôtelières en juin 2019, contre seulement 17 % en juin 2020.

La faible reprise d’activité a d’abord profité aux hôtels d’entrée de gamme. La fréquentation des hôtels de 1 étoile ou 2 étoiles en juin 2020 est revenue au tiers de son niveau de juin 2019. Enfin, la baisse de fréquentation des hôtels de 3 étoiles est semblable à la moyenne nationale.

 

Un premier semestre 2020 contrasté 

L’année 2020 avait pourtant bien commencé, avec des hausses de fréquentation de 5 et 6 % en janvier et en février par rapport à la même période de 2019. Cette tendance était plus marquée pour la clientèle résidente que pour la non-résidente et concernait tous les types d’hôtel, mais plus particulièrement le haut de gamme, qui ont ensuite été les plus affectés dans les mois suivants.

Ensuite, durant la période de confinement en avril et en mai, peu d’hôtels sont restés ouverts. En avril dernier, les taux d’ouverture varient de 18 % en Île-de-France à 28 % en milieu urbain en province.

Avec la fermeture des frontières et le confinement de la population, la fréquentation s’est limitée à quelques catégories de personnes : des personnes confinées, d’autres placées pour des raisons sociales (Samu social et autres), mais également des personnels soignants ou d’autres professionnels ayant besoin d’être logés pour exercer leur activité (routiers, forces de l’ordre, etc). Le nombre de nuitées passées par ces personnes est relativement stable d’avril à mai, permettant un minimum d’occupation dans les hôtels ouverts. La fréquentation des mois d’avril et de mai 2020 représente ainsi 4 et 8 % de la fréquentation d’avril et de mai 2019.

 

#hotellerie #frequentation #insee



Journal & Magazine
Services