×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Conjoncture

Baromètre Deloitte-In Extenso : en février, la reprise tarde à se manifester pour l'hôtellerie française

Conjoncture - mardi 7 avril 2015 11:00
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

La fréquentation des hôtels parisiens marque le pas. Dans un contexte économique morose, la clientèle française a été peu présente dans la capitale pour les vacances. Cette situation se retrouve sur la province où les bons résultats de janvier n'ont pas perduré.





D'après le baromètre Deloitte-In Extenso, l'hôtellerie parisienne peine à retrouver son rythme de croisière en février. Toutes les catégories voient leurs taux d'occupation reculer. Si les catégories grand luxe et milieu de gamme compensent cette baisse par une progression du prix moyen, une bonne partie du marché stagne, voire recule. Février est traditionnellement un mois où la clientèle française est présente, spécialement pendant les vacances scolaires, mais la conjoncture continue de se faire sentir et, comme l'année passée, la clientèle s'est peu déplacée.
 

Léger mieux pour les catégories d'entrée de gamme

Dans le même temps, les performances de la province, plutôt bonnes au mois de janvier, se tassent voire baissent. La situation reste nuancée selon les zones. La Côte d'Azur et certaines métropoles - comme Bordeaux, Lille, Lyon et Toulouse - réalisent de bonnes performances en comparaison de l'exercice précédent et confirment la tendance du mois de janvier. D'autres villes - Marseille ou encore Strasbourg - souffrent et affichent des baisses d'activités significatives. Sur certaines destinations, des hôteliers profitent de cette période calme pour fermer et apurer les congés ou réaliser des travaux. Ce phénomène est particulièrement vrai sur la Côte d'Azur, où des hôtels traditionnellement ouverts ont ajusté leur capacité ou leur ouverture à une activité ralentie.

Les catégories supérieures confirment leur recul sur l'ensemble du territoire. En revanche, si 2014 avait été difficile pour les catégories d'entrée de gamme, notamment pour les établissements super économiques, en raison de la hausse de la TVA, on note un léger mieux sur les prix moyens. C'est la seule catégorie qui voit son RevPAR progresser au mois de février. Il faudra cependant attendre encore un peu pour savoir si la hausse du taux de TVA est enfin digérée.
Journal & Magazine
N° 3764 -
21 janvier 2022
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR (+ modèles de contrats et fiches de paie)
par Pascale Carbillet
Services