×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Conjoncture

Selon l'Umih, l'été 2012 ne restera pas comme un grand millésime dans les hôtels et les restaurants

Conjoncture - vendredi 24 août 2012 12:04
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


L'été 2012 ne restera pas comme un grand millésime dans les hôtels-restaurants et il sera mauvais pour certains secteurs comme la restauration traditionnelle ou les hôtels du littoral Atlantique, selon l'Umih principale organisation patronale du secteur. « Si la restauration « pratique » (avec des factures inférieures à 15 euros par personne) se porte bien, la restauration traditionnelle s'est énormément fragilisée avec des replis en juillet-août compris entre -15% et -30% », a déclaré Roland Héguy, président de l'Umih.

Il semblerait que les vacanciers prennent leur petit-déjeuner à l'hôtel de plus en plus tard et évitent de déjeuner au restaurant. « Juillet-août sont des mois forts où les professionnels comptent faire leur trésorerie. Cet automne et cet hiver vont être très durs à passer », a précisé Roland Héguy.

« Dans l'hôtellerie, les situations sont différentes d'une région à l'autre. Ainsi en juillet, marqué par le mauvais temps, le littoral Atlantique a enregistré des baisses de fréquentation de -10 à -20%, alors que le Sud-Est est pratiquement à un ou deux points de 2011, qui avait été une année exceptionnelle, » a-t-il détaillé en rajoutant : « Le mois d'août est bon mais après on n'a pas de visibilité d'une semaine sur l'autre avec des réservations au jour le jour avec internet ».

Au-delà de la crise, le patron de l'Umih souhaite une grande concertation de tous les intervenants du tourisme. « Il est temps de regarder le tourisme avec plus de sérieux et de le considérer comme un allié », a souligné Roland Héguy en citant la progression attendue du nombre de touristes internationaux chaque année dans le monde par l'Organisation mondiale du tourisme.
Il a aussi relevé le cas de l'Espagne, pays en récession qui vient d'annoncer un nombre record de touristes. Considérant que c'est une bonne nouvelle, alors que ce secteur-clé représente 10% du produit intérieur brut du pays.

« A l'Umih, on est en alerte concernant l'avenir », a-t-il déclaré et mettant en garde contre « Toute modification sur la fiscalité qui pourrait être prise à la rentrée et d'une manière générale tout ce qui va être décidé pourra avoir des répercussions importantes sur l'équilibre financier des entreprises et donc de l'emploi ». Rappelant que la TVA à taux réduit au restaurant reste sur la sellette.
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Evaluer, acheter et vendre un fonds de commerce en CHR (avec tableur d’estimation)
par Jean Castell
Services