Quiz : Êtes-vous un bon négociateur ? (partie 4/6)

Dans les métiers de l’hôtellerie-restauration, les risques de conflit sont nombreux (avec ses associés, ses employés, son propriétaire, ses clients, ses fournisseurs, son banquier, le voisinage, sans parler des services du fisc, de l’Urssaf, de l’hygiène ou de la municipalité…). Laurent Combalbert, négociateur professionnel et ancien négociateur du RAID (unité d’élite de la police) vous aide à devenir un bon négociateur à travers ce quiz.

Publié le 26 mars 2024 à 14:00

10. Vous êtes engagés dans une négociation dans laquelle vos valeurs humaines ou éthiques sont attaquées :

A. Vous avez du mal à contrôler vos émotions, ce qui vous empêche de négocier efficacement.

B. Vous maîtrisez vos émotions jusqu’à un certain point, préférant mettre fin à la négociation quand vous sentez que vous perdez le contrôle de vous-même.

C. Vous laissez s’exprimer vos émotions, tant pis pour la suite de la négociation.

D. Vous maîtrisez vos émotions pour ne pas perdre de vue votre objectif dans la négociation.

 

C’est bon, vous vous êtes imaginé la scène ? Vous savez ce que vous auriez fait ? Alors passons au debrief :

 

Vous avez répondu A :
-> Il y a de quoi être déstabilisé parce que ça nous touche. Mais comme pour la mauvaise foi et les mauvais souvenirs de la question précédente, ne laissez pas les émotions vous envahir. Il s’agit ici du sentiment d’injustice et l’attaque vous met en colère. Eh bien, ne rentrez pas dans le piège de la partie adverse et progressez dans la maîtrise de vos émotions.  Vous arriverez petit à petit à maintenir votre degré de lucidité durant les phases tendues de la négociation.

 

Vous avez répondu B :
-> Certes vous voulez limiter les dégâts en stoppant tout, mais en agissant de la sorte, vous endossez la responsabilité de l’échec de la négociation. Ce n’est pas non plus la réponse B.

 

Vous avez répondu C :
-> Non ! C’est votre objectif qui prime, pas le fait que vous vous sentiez bien après avoir dit à la partie adverse le fond de votre pensée. Donc retenez-bien ceci : ne laissez jamais vos émotions s’exprimer. Vous le regretterez après coup. Vos émotions vous alertent (et c’est tant mieux) mais elles ne doivent pas s’exprimer. C’est votre lucidité qui s’exprime et elle seule, pas vos émotions.

 

Vous avez répondu D :
-> Bravo ! Votre adversaire ne vous a pas poussé à la faute. Vous vous êtes gardé de surenchérir. Ce qui ne vous empêche pas de condamner ce genre de propos de manière ferme. Ou même de faire porter la responsabilité de l’échec de la négociation sur la partie adverse : le cadre et les règles de la négociation n’étant plus respectés, vous avez la légitimité pour faire respecter ce qui n’est pas négociable : vos valeurs. Mais c’est un choix raisonné, pas un choix sous le coup de l’émotion.

 

11. Au cours des échanges avec vos interlocuteurs, vous vous apercevez qu’ils ont fait une erreur dans le calcul de la concession qu’ils sont prêts à vous faire :

A. Vous leur suggérez de vérifier leurs calculs avant de rentrer dans la phase de signature de l’accord.

B. Vous leur signalez clairement leur erreur pour ne pas signer un accord qui serait biaisé.

C. Vous les laissez s’engager dans le processus de signature de l’accord sans rien dire.

D. Vous accélérez le processus de signature de l’accord pour ne pas leur laisser le temps de s’apercevoir de leur erreur.

C’est bon, vous vous êtes imaginé la scène ? Vous savez ce que vous auriez fait ? Alors passons au debrief :

Etes-vous tenté par un gain qui n’était pas prévu ? Ou vous privilégiez d’être droit dans vos bottes ? Le gain immédiat ou la relation durable avec la partie adverse ? Quelle est votre analyse du pour et du contre ?

Dans un cas comme celui-là, privilégiez la durabilité de votre relation avec la partie adverse. Si vous les laissez s’engager dans le processus de signature de l’accord sans rien dire (réponse C.) ou pire si vous accélérez le processus de signature de l’accord pour ne pas leur laisser le temps de s’apercevoir de leur erreur (réponse D.), la partie adverse va se sentir bernée. Et votre gain immédiat ne pèsera pas beaucoup par rapport aux pertes que causeront la rupture de confiance entre les deux parties. Au contraire, si vous leur signalez clairement leur erreur pour ne pas signer un accord qui serait biaisé (réponse B.), l’estime que vous porte la partie adverse se trouvera renforcée et vos négociations futures grandement facilitées. Et si vous leur suggérez de vérifier leurs calculs avant de rentrer dans la phase de signature de l’accord (réponse A.), vous laissez une possibilité que l’accord soit biaisé, donc autant être clair.

 

12. Alors que vous êtes dans la phase finale de votre négociation et votre interlocuteur vous indique qu’il est prêt à signer si vous acceptez de lui offrir un avantage personnel, à l’encontre de l’intérêt de son employeur :

A. Vous refusez immédiatement et lui indiquez que ce genre de comportement est inadmissible.

B. Vous acceptez pour pouvoir clôturer la négociation à votre avantage.

C. Vous demandez à réfléchir à sa demande pour voir si elle est acceptable de votre côté.

D. Vous lui indiquez être prêt à accepter s’il vous fait une concession supplémentaire.

C’est bon, vous vous êtes imaginé la scène ? Vous savez ce que vous auriez fait ? Alors passons au debrief :

Vous avez répondu A :
-> Bravo ! Le respect de vos valeurs et votre réputation valent plus que la réussite de cette négociation. De plus, vous ne l’attaquez pas de manière frontale en l’insultant, non, vous remettez en cause son comportement. Ce qui laisse une porte de sortie à votre interlocuteur.

Vous avez répondu B :
-> Au-delà de la question éthique, en vous laissant corrompre, vous créez une dépendance vis-à-vis de la partie adverse. Dépendance dont il est difficile de sortir. Ne sacrifiez pas le long terme pour le court terme.

Vous avez répondu C :
-> Certes vous êtes vraisemblablement déstabilisé par cette demande à laquelle vous ne vous attendiez pas. Et vous vous dites qu’il vaut mieux y réfléchir. Cependant, vos valeurs ne sont pas négociables et vous avez intérêt à le faire savoir à votre interlocuteur tout de suite.

Vous avez répondu D :
-> Alors vous, vous êtes un gros filou !

 

Accédez aux autres parties du quiz : Laurent Combalbert

 


Photo

Publié par Olivier MILINAIRE



Commentaires
Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Chef de partie H/F

73 - COURCHEVEL

L'Ecrin Blanc **** est un hôtel situé à Courchevel, destination idéale pour dévaler les pentes du plus grand domaine skiable au monde. Lové dans un écrin naturel, l'hôtel propose des services haut de gamme dans une ambiance chaleureuse. Rejoindre l'équipe de l'Ecrin Blanc c'est vivre et offrir une

Posté le 18 juin 2024

Voiturier H/F

73 - COURCHEVEL

L'Ecrin Blanc **** est un hôtel situé à Courchevel, destination idéale pour dévaler les pentes du plus grand domaine skiable au monde. Lové dans un écrin naturel, l'hôtel propose des services haut de gamme dans une ambiance chaleureuse. Rejoindre l'équipe de l'Ecrin Blanc c'est vivre et offrir une

Posté le 18 juin 2024

Night Auditor H/F

83 - ST TROPEZ

L'Hôtel La Tartane ***** est un hôtel situé à Saint Tropez, destination idéale pour les amoureux de plages et de verdure. L'établissement propose des services haut de gamme dans une ambiance chaleureuse. Rejoindre l'équipe de La Tartane c'est vivre et offrir une expérience unique et inédite. L

Posté le 18 juin 2024