Que faire face à un client violent ?

Paris

Publié le 17 février 2017 à 12:46
Mardi 14 février, vers 22h30 selon le Parisien, une camionnette a foncé délibérément dans la devanture du café-bar, Le Petit Marquis, à Paris, situé rue de Rome dans le XVIIème.  Au volant, un ancien client suffisamment violent pour avoir brisé une vitrine de l'établissement. Le gérant lui avait depuis interdit de revenir. Mais l'homme, souvent alcoolisé relate notre confrère, menaçait régulièrement depuis le débitant de boissons. Que peut-on faire face à des clients agressifs, provocateurs, belliqueux, qui s'estiment tout permis ?  « En aucun cas vouloir gérer soi-même, même si au début, commencer par calmer le jeu est logique. Mais dès que ça prend des proportions, il faut appeler la police » répond catégoriquement Laurent Lutse, président de la branche Café, brasserie et monde de la nuit de l'Umih. En remontant quelques années en arrière ce message aurait surpris. « C'est vrai » reconnaît Laurent Lutse, les patrons de bar avaient peur d'appeler la police. Il valait mieux régler les choses soi-même ». Mais l'époque a changé. « On est dans un processus inverse. Il faut appeler la police, déposer une main courante avant que ça dégénère. Et si la police ne réagit pas ou estime que ce n'est pas son problème, il faut nous prévenir à l'Umih car nous travaillons avec le ministère de l'intérieur à une meilleure sécurité. » Les attentats ont été un élément déclencheur d'une nouvelle mentalité. « Les professionnels sont au contact du public. Ils peuvent assister à des comportements curieux. Je vous rappelle que c'est grâce à une brasserie qu'un attentat contre Notre-Dame a pu être déjoué. Ils ont vu quelque chose de bizarre et ils ont prévenu. » Dans le cas du bistrotier parisien, quand bien même il ne s'agit pas de risque d'attentat, il y aurait pu y avoir un drame. Un blessé léger est toutefois à déplorer. « Nous allons, confie le responsable syndical, créer des Commissions départementales sur la sécurité des personnes » qui réuniront tous les acteurs, que ce soient les adhérents de l'Umih, les forces de l'ordre, etc. "C'est une évolution de la société".

Publié par Sylvie SOUBES



Commentaires
Photo
Agopig KLEIN

vendredi 17 février 2017

Si l'on appelle la police pour un client violent sous l'emprise de l'alcool, nous risquons des sanctions en tant que débitants de boissons !

Signaler un contenu illicite

Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Chef de rang H/F

63 - THIERS

Le Clos St Éloi, hôtel 4*, restaurant gourmand rechercher en contrat CDI OU SAISONNIER le poste suivant: 1 - SERVEUR CHEF DE RANG - H/F Postes en 39h/s - 2J DE REPOS SEMAINE - POSTE COUPURE ET CONTINU - expériences et références demandées Salaires en fonction expérience, pourboires partagés

Posté le 24 mai 2024

Femme/Valet de chambre

56 - QUIBERON

Bienvenue au Sofitel Quiberon ! Resort de luxe face à la mer au bout de la presqu'île de Quiberon, ici, tout est pensé pour le bien-être de nos clients : hôtellerie 5 étoiles, restaurant spécialisé en produits locaux au gré des vagues et issus des circuits courts, bar à cocktails, boutiques, inst

Posté le 24 mai 2024

Maître d'hôtel H/F

34 - LA GRANDE MOTTE

Recherche immédiatement Maître d’hôtel H/F. CDI 39h/hebdo. 3 ans d'expérience minimum sur le même poste +restauration en hôtellerie. Sous les ordres et la supervision du Directeur d’établissement. Horaires variables selon les différents services. Exemples: 10h-11h-30/ 12h-15h/ 18h30-22h ou 10h3

Posté le 24 mai 2024