Nouvelle étape pour le boeuf Label Rouge

L'accord interprofessionnel rendant la contractualisation obligatoire pour toute transaction commerciale de la filière Label Rouge « Gros bovins de boucherie » a été étendue par les pouvoirs publics. Une avancée pour sécuriser une juste rémunération des éleveurs.

Publié le 20 décembre 2019 à 12:45

Les deux avantages de la contractualisation des Viandes de Bœuf Label Rouge : elle sécurise les relations commerciales entre les parties prenantes (éleveurs, distributeurs, en passant par les acteurs de la mise en marché et de l'abattage-transformation), qui se mettent d'accord sur les volumes et les modalités de détermination du prix pendant au moins un an, durée minimale  du contrat. La contractualisation favorise également une "juste rémunération de chaque acteur de la filière, et notamment des éleveurs, par la prise en compte d'un indicateur de coût de production dans la détermination du prix", souligne l'Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes (INTERBEV) .

Favoriser le développement des Viandes de Boeuf Label Rouge 

Rappelons qu'INTERBEV Bovins s'est engagée lors des Etats Généraux de l'Alimentation lancés en 2017 à développer les Signes Officiels de Qualité et notamment les Viandes de Bœuf Label Rouge, en passant de 3 à 40 % de l'offre en viande bovine d'ici 2023. Elle travaille à la rénovation du cahier des charges Label Rouge pour la viande bovine. Les évolutions proposées ? L'alimentation des animaux du troupeau sans OGM et sans huile de palme, un minimum de 80% d'autonomie alimentaire de l'exploitation, l'absence de traitement antibiotique durant les 4 derniers mois de vie des animaux et l'intégration progressive de Boviwell, un outil de diagnostic du bien-être animal en élevage.

boeuf #labelrouge# INTERBEV

 



Commentaires
Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles