La reprise se confirme dans l'hôtellerie

Le cabinet In Extenso vient de publier son étude annuelle sur les tendances de l'hôtellerie. Le RevPAR est meilleur qu'en 2020 et les prix moyens dans les établissements de luxe ont grimpé par rapport à 2019. À cela s'ajoute la perspective de salons et séminaires. De quoi voir 2022 sous de bons auspices.

Publié le 18 février 2022 à 13:06

On sent une dynamique de reprise. C’est sur cette note optimiste qu’Olivier Petit, directeur associé au sein du cabinet In Extenso Tourisme Culture & Hôtellerie, a présenté les résultats de l’étude annuelle sur ‘Les performances de l’hôtellerie en France’. Si le chiffre d’affaires hébergement (RevPAR) reste en recul de 37 % par rapport à 2019, il est meilleur qu’en 2020. Une relance a été amorcée par les professionnels du secteur”, reconnaît le consultant. Les performances estivales, dans les stations balnéaires notamment, en sont une bonne illustration. Le RevPAR de l’hôtellerie littorale - en dehors de la Côte-d’Azur où la clientèle internationale manque à l’appel - est supérieur de 1 % par rapport à 2019, tandis que le prix moyen atteint 17 %. L’étude pointe aussi le retour de la clientèle d’affaires dans les zones urbaines, grâce à une reprise des salons et séminaires depuis septembre 2021. Autre constat : l’hôtellerie haut de gamme et luxe semble avoir amorti l’impact de la crise sanitaire. Un phénomène qu’Olivier Petit explique par une augmentation des prix moyens de 17% par rapport à 2019”. De quoi estomper certains taux d’occupation en berne, en particulier dans la capitale, mais aussi à Roissy et La Défense. En revanche, les villes moyennes - moins de 200 000 habitants - et les campagnes semblent tirer leur épingle du jeu. Olivier Petit parle d’un redressement progressif des indicateurs”, avec un chiffre d’affaires hébergement supérieur de 18 % par rapport à l’avant crise et des prix moyens en hausse de 9 %.

 

Une accélération attendue en 2022

L’étude In Extenso porte aussi un regard sur les performances hôtelières en Europe. Principal enseignement : la France n’a pas à rougir. Elle se hisse en deuxième position, derrière l’Angleterre, avec, en décembre dernier, un taux d’occupation proche de 50 %. Et ce en dépit de la vague Omicron. Enfin, que peut-on attendre de 2022 ? Olivier Petit parle d’une accélération”, grâce aux salons et séminaires professionnels de nouveau à l’affiche. Grâce aussi à une relative acceptation de la situation : Chacun apprend à vivre avec le virus”, souligne le consultant. Reste que les hôteliers doivent encore jongler pour maintenir leur équilibre financier. Surtout à l’heure du remboursement des PGE.

 

InExtenso


Photo

Publié par Anne EVEILLARD



Commentaires
Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Assistant / Adjoint de direction H/F (Stage/Apprentissage)

38 - GILLONNAY

Responsable adjoint / chargé clientèle pour hôtellerie et parc résidentiel de loisirs Contrat en alternance ou stage à pourvoir pour septembre 2024 pour une durée de 6 à 24 mois. Vous aimez la nature, l'humain et vous voulez donner du sens à votre travail, rejoignez-nous ! Vous proposerez de b

Posté le 15 avril 2024

Chef de partie H/F

44 - LA BAULE ESCOUBLAC

CLUB de l'Etoile La Baule 44500 recherche pour la saison estivale un crêpier/ière, un/e barman/maid, un/e chef de partie et/ou plongeur aide cuisine. Horaire en continue avec possibilité d'une coupure dans la semaine selon besoin et évènement type feux d'artifices. Postes pouvant déboucher sur

Posté le 15 avril 2024

Serveur H/F

75 - PARIS 14

Café, bar brasserie restaurant, LE COURLIS 14ème, cherche SERVEUR(EUSE), ambiance familiale. CDI ou EXTRA. cafecourlis@gmail.com No.153Z8823

Posté le 15 avril 2024