Benoît Vidal ferme son restaurant doublement étoilé Michelin

Val d'Isère (73) Le chef s'est installé il y a douze ans dans la station et s'est investi dans son restaurant, distingué de 2 étoiles Michelin. En janvier, il devait racheter le fonds commerce mais la vente n'aboutira finalement pas. Le propriétaire lui préfère des promoteurs face auxquels il ne peut pas lutter.

Publié le 23 mai 2023 à 19:01

Il y a douze ans, Benoît Vidal découvre Val d’Isère (Savoie). Le chef catalan tombe sous le charme de la station et d’une petite bâtisse rustique, à l’entrée du Col de L’Iseran. Les lieux ont besoin d’un grand coup de neuf, mais cela ne rebute pas Benoît Vidal. Le propriétaire, Jacques Leprivey, en a hérité de son grand-père. “Il m’a toujours dit qu’un jour je serai propriétaire, qu’il me donnait sa parole de savoyard !, raconte le chef.

Pendant des années, Benoît Vidal s’investit sans compter dans ce qu’il considère comme sa future maison. Au fil des ans, L’Atelier d’Edmond, son restaurant, grandit, se transforme. La cuisine de Benoît Vidal séduit. Une première puis une deuxième étoile distinguent la maison. Les clients affluent. Il faut dire que la station évolue et devient à la mode, les prix de l’immobilier flambent. Val d’Isère devient la station la plus chère au mètre carré des Alpes. En janvier dernier, Benoît Vidal est heureux : il a atteint son but. Il annonce publiquement le rachat du fond de commerce. L’Atelier d’Edmond deviendra la Maison Benoît Vidal.

 Un nouveau chapitre

 J’arrivais à un stade où je devais prendre des risques,  explique le chef. Je voulais être libre à 100 % pour exprimer ma singularité.” La joie sera de courte durée. Début mai, le propriétaire casse sa promesse morale. Il cède à la pression des promoteurs qui lui proposent 9 M€. Benoît Vidal ne peut pas suivre. Alors, malgré la main tendue de Jean-Michel Bouvier, chef étoilé à Tignes, et de bien d’autres, il préfère partir, écœuré. “C’est très douloureux, quand on s’investit pendant douze ans. Je perds tout, car me suis toujours payé au ras des pâquerettes. J’ai pris une sacrée baffe.”

Le chef a dressé ses dernières assiettes en larmes. Ses clients, et son équipe l’ont applaudi. Benoît Vidal, combatif, redresse déjà la tête. Il a des projets.C’est par les blessures que se crée la lumière. J’ai pris conscience de ce que je ne voulais plus. Je quitte Val d’Isère. Il vaut mieux prendre un chemin personnel, sans aucun associé et se battre pour les siens. Je préfère conjuguer le verbe être au verbe avoir.” Le chef visite des lieux ou il pourrait enfin être chez lui, en Savoie. Les stations, il n’en veut plus, trop bling bling. “Mon métier, ce n’est pas ça. Pour moi, ce n’est pas la fin du livre, c’est la fin d’un chapitre.”

#station# #benoitvidal#

 


Publié par Fleur Tari



Commentaires
Photo
philippe BIRCKEL

vendredi 19 mai 2023

Amicales pensées à ce confrère dont la réputation et la solidité lui permettront de rebondir.

Signaler un contenu illicite

Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Assistant Directeur de la restauration (F&B Manager) H/F

34 - Puissalicon

Assistant(e) Responsable F&B St Pierre de Serjac est un superbe domaine entouré de vignes au cœur du Languedoc près de Béziers et de Pézenas avec des chambres d’hôtel de luxe, des résidences privées haut-de-gamme, un restaurant à la cuisine méditerranéenne, un bar confortable et un spa Cinq Monde

Posté le 18 avril 2024

Chef de partie H/F

14 - DEAUVILLE

Chef de partie H/F - Le Deauville // Rejoins-nous et deviens créateur d'art de vivre ! Beaumarly est une histoire de famille, d'amitié et d'entrepreneur. Notre Gouvernance est restreinte, nous prenons des décisions et nous évoluons rapidement. Nous construisons notre entreprise au gré des opportu

Posté le 18 avril 2024

Cuisinier H/F

46 - ROCAMADOUR

Rocamadour: Cherche CUISINIER (H/F), minimum 2 ans d'expérience, nourri(e), logé(e), salaire à négocier. 06.40.52.78.37. No.157F0360

Posté le 18 avril 2024