×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

TOURISME

4e rencontres du tourisme français

Le client français a besoin d'être rassuré

Effet 35 heures, choc du 11 septembre : on pensait que les Français allaient redécouvrir les charmes de l'Hexagone. Le bilan de la saison, commenté aux 4e Rencontres du tourisme français à Saint-Tropez, a démontré que les choses n'étaient pas si simples.


La RTT n'a pas eu l'effet d'entraînement attendu sur le marché touristique en France.

La question a traversé les débats des 4e Rencontres nationales du tourisme les 26 et 27 sep-
tembre derniers à Saint-Tropez : "Mais où sont-ils donc partis en vacances ?" Professionnels du tourisme et institutionnels ont débattu pour analyser les tendances du marché français, décidément moins porté sur l'offre nationale que les circonstances économiques et politiques auraient pu le laisser prévoir... Les nouvelles caractéristiques du marché franco-français, auxquelles les professionnels doivent apprendre à s'adapter, ont été rappelées : des réservations de plus en plus tardives - avec des annulations possibles jusqu'au dernier moment -, des séjours plus nombreux et plus courts sur des destinations de proximité (France, mais également pays limitrophes), une augmentation du nombre de touristes du troisième âge, qui partent parfois accompagnés de leurs petits-enfants, le développement d'un tourisme de niche (sportif ou religieux par exemple), et l'importance du tourisme gratuit (avec un hébergement en résidence secondaire, en famille ou chez des amis). "Le prix est un facteur prépondérant dans la décision d'achat et la destination France n'est pas bon marché", a remarqué Bernard Boisson, directeur général de Leclerc Voyages, pour expliquer le fait que les annulations des séjours à l'étranger n'aient pas été forcément suivies d'un report sur le territoire national.

Les Français sensibles à la sécurité
Le résultat des 35 heures sur le tourisme a également été commenté : ne se traduisant pas systématiquement par des jours de congé supplémentaires - et avec un système scolaire qui persiste à accueillir les enfants à l'école le samedi matin -, la réduction du temps de travail n'a pas eu l'effet d'entraînement attendu. Avec du temps supplémentaire, mais pas forcément d'argent, c'est le tourisme de proximité, les sorties entre amis, le bricolage et le jardinage qui en ont récolté les fruits, ont constaté les professionnels. Et dans la même veine, lorsque les Français choisissent de partir, notamment en France, ils préfèrent des prestations 'sèches', se réservant la possibilité ou non d'acheter des produits complémentaires sur place.
"La France est un très gros marché, puisque 70 % des Français partent en vacances, soit 42 millions. Ils manifestent très clairement une réticence sur les transports longs courriers", a souligné Pierre Gouirand, président de l'Institut de prospective du tourisme à Nice. "Ils sont de plus en plus exigeants sur le rapport qualité-prix, comme sur la sécurité, dans toutes ses composantes : sur le produit, l'environnement, la santé... Ils partent en couple ou en famille, manifestent toujours autant d'attrait pour la mer et le soleil, ne veulent payer que ce qu'ils consomment, ont le culte du choix, et souhaitent pouvoir changer d'avis jusqu'au dernier moment." Ce qu'avaient remarqué les professionnels, désormais confrontés à des clients imprévisibles, capables de partir ou d'annuler un séjour sur un coup de tête ! Et pour vendre, les professionnels doivent pouvoir proposer les 'bons' produits, immédiatement disponibles à un tarif acceptable... zzz70

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum de L'Hôtellerie

Rechercher un article : Cliquez ici

L'Hôtellerie n° 2791 Hebdo 17 Octobre 2002 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration