×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

VIE PROFESSIONNELLE

A Nantes

L'union des syndicats contre une subvention de 850 000 e !

L'Umih et le CPIH de Nantes ont pesé de tout leur poids pour faire annuler une subvention municipale de 850 000 e devant être attribuée, pour mise en conformité, au restaurant du Lieu Unique, site culturel nantais. Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes, vient d'abonder en leur sens.

Philippe Quintana, président de l'Umih 44, n'est pas peu fier du combat qu'il vient de remporter aux côtés d'Alain Jamet, président du CPIH 44. Grâce à une belle pression médiatique, les deux syndicats ont remis en question une subvention que la mairie de Nantes devait attribuer au restaurant du site culturel le Lieu Unique. Ladite subvention, concernant une réorganisation et une remise en conformité des cuisines, s'élevait quand même à pas moins de... 850 000 e ! "Une délégation de l'Umih, que je conduisais, a été reçue par Jean-Marc Ayrault, député- maire de Nantes et président du PS à l'Assemblée nationale. Il nous a confirmé l'arrêt du processus. L'étude sera refaite, affirme Philippe Quintana. Je suis heureux de cette décision, car il faut savoir que le maire de Nantes n'avait jamais reçu de délégations de professionnels. C'est peut-être le début d'une reconnaissance de notre profession dans le milieu nantais." Site culturel de premier ordre, agencé dans les anciennes usines Lu sur 3 étages et plus de 8 000 m2, le Lieu Unique, propriété de la ville, connaît un succès non démenti depuis sa création. A l'intérieur, outre les salles de spectacle, la bibliothèque, etc., le site comprend un bar et un restaurant d'une capacité de 200 couverts. Ce dernier est en fait géré, depuis un appel d'offres lancé en 1998, par une société privée bénéficiant d'une concession commerciale allouée par la mairie.
Consciente du succès du Lieu Unique, la majorité municipale décide donc en février dernier d'octroyer une subvention afin que le restaurant passe de 200 à 400 couverts. Il faut donc pour cela réorganiser la cuisine et la mettre en conformité, dixit les élus, qui proposent donc une enveloppe de 850 000 e ! Autant dire qu'à 4 250 e le couvert supplémentaire, les professionnels ont manqué de s'étrangler.

Une "mascarade"
Ils n'ont d'ailleurs pas tardé à réagir. Dans une lettre adressée au député-maire, les présidents de syndicats s'opposent à "cette mascarade". Difficile en effet de trouver un autre qualificatif lorsque l'on sait que la cuisine n'a que 3 ans puisqu'elle a été construite en 1999 ! "Tout restaurateur sérieux vous dira, poursuivent les présidents dans leur lettre, qu'avec une telle enveloppe, on peut avoir une cuisine avec des robinets en or massif... Vous créez les circonstances d'une concurrence déloyale... Ce restaurant implanté dans un lieu public, prévu pour accueillir 200 couverts par jour, doit en accueillir 200", et de préciser, naturellement, que les professionnels installés à proximité sont là pour recevoir l'excédent de clientèle. Par ailleurs, la subvention avait été également justifiée par un élu du fait du caractère 'culturel' de l'établissement. Une 'exception' jugée "fallacieuse par les syndicats, car l'essence même de la cuisine est culturelle. Les restaurateurs proposent fréquemment des menus thématiques ou du terroir sans pour autant revendiquer des aides publiques..."
Aujourd'hui, Philippe Quintana et Alain Jamet ont remporté la partie. Lors d'un nouveau conseil municipal, le maire a demandé aux services de la Ville d'étudier une modification à la baisse des coûts de cette opération. Prévus pour l'été 2002, les travaux sont repoussés à l'an prochain.
O. Marie zzz22c zzz22v

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article : Cliquez ici

L'Hôtellerie n° 2765 Hebdo 18 Avril 2002 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration