×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

VIE PROFESSIONNELLE

FDIH de la Haute-Vienne

Assemblée générale animée

La Fédération départementale de l'industrie hôtelière de la Haute-Vienne vient de se réunir pour son assemblée en présence de Jean-Louis Clauss, vice-président de l'Umih. Ils ont parlé chiffres, taxes et horaires de travail. François Roullière, responsable local de la FDIH, a d'ailleurs surpris certains participants en prenant le contre-pied sur le sujet de la RTT : "L'hôtellerie-restauration ne peut rester une profession à l'écart par rapport à l'évolution de la société, a-t-il déclaré, et nous avons de plus en plus besoin de jeunes. Nous ne disons donc pas 'non' à la RTT, mais il faut nous donner la possibilité d'y arriver. Baissez donc nos charges, qui représentent en personnel plus de 50 % de nos frais, et taxez les entreprises qui ont peu de salariés et qui sont productives, plutôt que celles qui ont de la main-d'œuvre et qui embauchent." Cette dernière déclaration a fait bondir quelques restaurateurs de la région, qui, petits employeurs eux-mêmes, l'ont modérément apprécié. "Ce sont des propos complètement décalés de la réalité, affirme l'un d'eux. La plupart d'entre nous sont justement des petits employeurs, des artisans, déjà surtaxés, et les termes de François Roullière sont plutôt surprenants. Mais je pense que notre président s'est peut-être embrouillé entre taxations et refus d'embaucher..."

En attendant Buzz
Jean-Louis Clauss s'est de son côté exprimé au nom de la catégorie professionnelle qu'il représente. Pour le responsable national des cafetiers, brasseries et discothèques, il faut dépoussiérer "le Code du travail et celui des débits de boissons. Des lois qui datent de 1902 et de 1943 sont obsolètes et doivent être révisées. Les préfets devraient harmoniser leurs décisions pour les heures de fermeture au niveau national plutôt que local, et nos adhérents entament de nombreuses actions de lutte contre l'alcoolisme comme 'Capitaine de soirée' qui sont complémentaires de cette politique. Nous disons d'autre part non à la libéralisation de la drogue, et nous appelons les jeunes à mieux connaître notre métier. Nous avons besoin d'eux pour l'avenir, pour prendre la suite, mais il faudrait les encourager par de la compensation, et la revalorisation des salaires".
Les hôteliers-restaurateurs de la Haute-Vienne ont d'ailleurs profité de cette AG pour faire le point sur différentes actions. Avec la mobilisation des professionnels de l'accueil autour de l'arrivée de la compagnie aérienne Buzz sur l'aéroport de Limoges-Bellegarde (Limoges- Londres à petit prix).
80 d'entre eux ont signé une charte d'engagement à cet effet, avec accueil en anglais, menus dans la même langue et emploi de produits du terroir limousin. Cette opération coïncide avec la réédition du guide Où se réunir destiné aux organisateurs de séminaires et autres conventions, et aussi des actions concernant les Auberges de Pays et les Restaurateurs de France.
J.-P. Gourvest zzz76v

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

Rechercher un article : Cliquez ici

L'Hôtellerie n° 2765 Hebdo 18 Avril 2002 Copyright © - REPRODUCTION INTERDITE

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration