×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

FORMATION

Le CFAI Corot à Marseille

DÉPASSER SON ROLE DE FORMATEUR D'APPRENTIS

Avec ses quelque 630 apprentis en hôtellerie-restauration sur un total de 1 400 élèves, Corot est l'un des plus importants CFA de la région. Ce grand vaisseau immaculé de 10 000 m2, qui a regroupé ses locaux en septembre 1998 dans les quartiers nord de Marseille, se veut désormais plateforme de formation pour les jeunes, en apprentissage ou non, et pour les salariés d'entreprise.

Corot.jpg (4196 octets)  Christian Vanbersky, directeur du CFA Corot, s'interroge : "Pourquoi, en juin, les journaux télévisés de 20 heures, ainsi que les quotidiens, font-ils leurs gros titres sur les candidats au baccalauréat et l'impasse sur le CAP, BEP, BP... ?" Il répond : "La nation française ne reconnaît pas l'apprentissage." A la tête d'un des plus importants CFA en hôtellerie-restauration de la région, il s'inquiète de la pénurie de professionnels. "Nous avons 200 demandes d'apprentis non satisfaites. Nous manquons aussi d'enseignants, particulièrement en cuisine."

Implanté depuis septembre 1998 dans les quartiers nord de Marseille, sur l'emplacement de l'ancienne usine Végétaline, Corot a bénéficié de l'aide Feder qui a financé 40 % de l'investissement total (12,7 Me, soit 83,3 MF). Objectif visé par l'Europe : revitaliser une zone en déshérence certes, mais pleine d'avenir, le site étant en bordure d'Euroméditerranée, le grand projet de développement économique et urbain de la ville. Ce n'est donc pas un hasard si Jean-François Brando, président de Corot où il représente l'Union pour les entreprises du département (alliance Medef/CGPME) depuis avril 2001, a pour projet de créer un 'Club d'entreprises' du secteur. Elles pourraient se réunir et inviter leurs clients dans les magnifiques locaux du restaurant gastronomique de Corot, jusque-là fermé à l'extérieur, par suite de l'hostilité des professionnels.

Assembleur de formation
Autre projet de Corot, celui de devenir une plateforme de formation ouverte aux salariés d'entreprises souhaitant se perfectionner dans l'une ou l'autre des formations proposées par Corot, notamment en alimentation. Christian Vanbersky : "Pourquoi un cuisinier ne viendrait-il pas se spécialiser en pâtisserie, boulangerie, charcuterie... ? Pourquoi un employé d'hôtel ne suivrait-il pas une formation de fleuriste qui lui permettrait de décorer les chambres et les espaces d'accueil ? Pourquoi un futur patron ne prendrait-il pas des cours de gestion ici ?" Il poursuit : "L'objectif est d'individualiser la formation, de travailler sur les compétences. Concrètement, nous devons analyser la capacité de chacun à occuper un poste donné et construire un parcours de formation en adéquation avec les besoins de la profession."
En phase de démarrage, cette démarche se traduit, par exemple, par des formations en contrat de qualification.
Pourtant, à Corot comme ailleurs, le problème numéro 1 réside dans la réticence des jeunes à aller vers les métiers de l'hôtellerie-restauration, même si un nouveau genre d'apprentis émerge, les bacheliers de l'enseignement général préparant un BP.
Christian Vanbersky : "Nous allons renforcer l'information sur les métiers de l'hôtellerie-restauration, et pourquoi pas, aller chercher les jeunes là où ils se trouvent : les plages, les galeries commerciales..." Une démarche dans la lignée de ce que veut mettre en place Jean-François Brando, le président. A peine nommé, il a mis en place un bureau de liaison entre le CFA et le CHR 13. Une bonne façon de renforcer encore les liens avec les professionnels.
D. Fonsèque-Nathan zzz68v

CFAI Corot en bref
1 400 apprentis du CAP au BTS
630 apprentis en hôtellerie-restauration
Provenance géographique : Marseille (63 %), hors Marseille (37 %)

* Equipements
10 000 m2 de locaux
1 gymnase en construction
2 restaurants d'application
1 bar-brasserie d'application
Labos (24 postes par labo) : pâtisserie, cuisine, boulangerie, charcuterie

* Formations
- CPA cuisine-restaurant
- CAP café-brasserie, cuisine, poissonnier, restaurant
- BEP hôtellerie-restauration
- MC employé Barman
cuisinier en desserts de restaurant

- BP barman, cuisine, restaurant
- BTS hôtellerie-restauration
(nombre d'enseignants : 14)
* Président : Jean-François Brando
* Directeur : Christian Vanbersky

CFAI Corot
Parc Massilia - 33, bd du Capitaine Gèze
13333 Marseille CEDEX 14

Tél. : 04 91 21 57 00 - Fax : 04 91 21 57 01
E-mail : cfai-corot@wanadoo.fr

 

Témoignages d'apprentis
David Bloise, 20 ans, en 2e année de BEP hôtellerie, option cuisine
"J'ai commencé par faire un CAP de mécanique, mais, les mains dans le cambouis, le dos qui fait mal et le salaire bas, même en fin de carrière, ce n'était pas pour moi... Mon frère jumeau, lui, s'était déjà orienté vers la cuisine, et j'ai fait comme lui. Je ne le regrette pas, j'ai vraiment l'impression d'avoir trouvé ma voie. Après le BEP, je pense arrêter : à 20 ans, j'ai besoin d'être autonome financièrement. Mais, quand viendra le moment, je ferai de la formation continue pour me perfectionner et, j'espère, ouvrir un restaurant avec mon frère. Ce serait le rêve."

Clément Esparon, 19 ans, 1re année de BP restauration
"Je n'étais pas fait pour des études traditionnelles. Après avoir doublé ma seconde, il fallait que je trouve une solution. J'étais au pied du mur. Le service en salle, cela me plaisait a priori. Maintenant que je l'exerce, je trouve que c'est un beau métier, même si je rentre souvent à 2 heures du matin et que je n'ai pas de vie privée, sauf quand je suis en formation à Corot (N.D.L.R. : une semaine sur deux). Mon apprentissage avait mal commencé. Mon patron ne m'apprenait rien, il me faisait balayer et passer la serpillière. Alors, au bout d'un an, j'ai changé pour le restaurant Les Palmiers à Aubagne, à côté de chez moi. Je suis responsable de salle. A 19 ans, ce n'est pas mal !
Et puis, j'apprends vraiment le métier. Ici, on organise des karaokés une fois par semaine, des fiançailles, mariages, baptêmes...
Pour moi, l'avenir immédiat est de poursuivre en BTS et de me perfectionner en bar-brasserie. Quand je serai diplômé, c'est moi qui fixerai mon salaire. De toutes les manières, un jour, j'ouvrirai mon restaurant. Serveur, c'est sympa mais uniquement quand on est jeune."

Article précédent - Article suivant


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'Hôtellerie n° 2751 Hebdo 10 Janvier 2002

L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration