×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités

L'événement
____________

Retombées directes et immédiates

Roland Jourdain et 'Sill' prennent leurs quartiers à L'Escale

Marc Berriau a acheté le fonds et les murs de L'Escale en 1998. C'est donc son 'premier' Vendée Globe. Ayant très bien travaillé au départ, il remet le couvert ces jours-ci avec l'arrivée de Roland Jourdain dont le sponsor est un fournisseur professionnel : 'Sill' retient L'Escale pour tête de pont de son plan de relations-clientèle.

Sur les quais du port de pêche des Sables-d'Olonne, L'Escale, hôtel-restaurant 2 étoiles, 22 chambres et 70 couverts. Marc Berriau l'exploite en famille, avec son épouse Annie, son fils Wilfried en cuisine, et son second fils Jérôme au bar. Deux salariés complètent l'équipe.
Plus que le flux de visiteurs, ce sont 3 entreprises directement impliquées dans l'organisation du Vendée Globe qui ont fait travailler L'Escale une dizaine de jours avant le départ : Sill, sponsor du navigateur Roland Jourdain, dit 'Bilou', Les Vedettes de l'Odet pour l'accompagnement du public en mer, et une équipe de pilotes d'Oya Hélicoptères à disposition des sponsors, organisateurs, et médias. Tous ont repris leurs quartiers à L'Escale pour l'événement des retours. Les premiers sont arrivés en milieu de semaine dernière.
"Il y a un an, Sill cherchait un hôtel pour loger les techniciens préparateurs du bateau de Roland Jourdain qui porte leurs couleurs." Marc Berriau entretient depuis longtemps des relations professionnelles avec ce distributeur de produits alimentaires basé dans le Finistère. C'est par exemple auprès de lui qu'il se fournit en jus d'orange.

Service et attention à la carte
"Les gens de chez Sill invitaient leurs clients par groupes, à la journée. Le matin, on leur servait le petit-déjeuner. Puis, ils allaient visiter le village du Vendée Globe, et voir les bateaux à Port Olona. Ils prenaient ensuite l'apéritif et le déjeuner sur la Recouvrance, un bateau de style vieux gréement. Ils revenaient à L'Escale vers 17 heures avec champagne puis dîner. En soirée, ils avaient un accordéoniste en permanence... soirées animées assurées !"
Pour Marc Berriau et son équipe, le pari à tenir était de répondre et de s'adapter à la demande précise de ces clients 'très sympas' venus dans un esprit à la fois commercial et festif. Une clientèle qui a apprécié notamment les grillades à la cheminée, le bar en particulier et les huîtres. "En une journée et demie j'en ai ouvert 2 600, après je ne comptais plus", se souvient le fils Wilfried. Et puis le départ de la course a été repoussé deux fois, plutôt une bonne affaire pour l'hôtelier-restaurateur : "Au lieu de partir le dimanche soir, mes clients sont repartis le vendredi suivant. Soit 60 déjeuners supplémentaires par jour."

A plein en période creuse
"On a fonctionné à plein en hôtellerie, à une période traditionnellement creuse." Pour le retour de 'Bilou', Sill a confirmé son retour à L'Escale, et c'est dans le même esprit que Marc et son équipe s'apprêtaient à les recevoir : "Je me mets à leur disposition, je m'attends à trois jours de fête."
Globalement, Marc Berriau évalue "à un bon 15 % le montant du chiffre d'affaires", l'impact direct du Vendée Globe sur son établissement. S'il n'y avait pas la vague des retours des navigateurs ces jours-ci, il serait vraisemblablement fermé. Et puis il y a des effets indirects, moins massifs mais réguliers : "Les gens viennent aux nouvelles, ils viennent faire un tour aux Sables-d'Olonne, ils veulent voir où était le départ du Vendée Globe, il y a une continuité." Le mot de la fin : "Celui qui dit qu'il n'a pas travaillé avec le Vendée Globe, je dis non !"
H. Front


Marc Berriau aux côtés de Roland Jourdain, skipper de 'Sill La Potagère', à la veille du départ de la course.

Les Sables-d'Olonne, l'hôtellerie a gagné le Vendée Globe
Jean-Pierre Blanchard, président des hôteliers sablais


Vos commentaires : cliquez sur le Forum des Blogs des Experts

L'HÔTELLERIE n° 2705 Hebdo 15 Février 2001


zzz20o
L'Application du journal L'Hôtellerie Restauration
Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration