×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Le 70e congrès de l'Umih s'ouvre sur le thème "s'engager pour réussir"

Vie professionnelle - mercredi 23 novembre 2022 12:14
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Brest (29) Ce sont sur les terres d'Hubert Jan, président de l'Umih 29 et de l'Umih restauration, que se tient le 70e congrès de l'Umih, du 22 au 25 novembre. La récente nomination de la présidence confédérale a conduit à modifier le programme de l'après-midi afin de définir en concertation une feuille de route à présenter à la ministre Olivia Grégoire, qui viendra assister aux travaux jeudi 24 novembre.



Le thème de cette 70e édition, ‘s’engager pour réussir’, résonne particulièrement pour moi, car il s’agit du sens de mon engagement à l’Umih depuis vingt ans”, a déclaré Hubert Jan lors de l’ouverture du congrès de l’Umih, le 22 novembre à Brest, en présence du maire de la ville, François Cullandre.

Le nouveau président confédéral de l’Umih, Thierry Marx, était bien entendu présent : “C’est un grand honneur et une grande responsabilité de me retrouver à cette place”, a-t-il déclaré, remerciant les deux anciens président et vice -président, Roland Héguy et Hervé Bécam, pour leur activité à la tête de l’organisation professionnelle, notamment pendant la crise sanitaire. “Le dialogue avec le Gouvernement est essentiel”, a insisté Thierry Marx, qui a précisé que si l’activité économique du secteur a repris avec des chiffres supérieurs à ceux d’avant la crise, celle-ci se trouve néanmoins en mauvaise posture.

 

Revoir les critères du bouclier tarifaire

Les entreprises sont en effet fragilisées par l’envolée des prix de l’énergie et du coût des matières premières. Sans parler des conséquences du remboursement des PGE. “Seulement 441 dossiers de restructuration du PGE ont été traités depuis la mise en place du dispositif. Nous demandons au Gouvernement de jouer cartes sur table et d’ouvrir un guichet dans chaque département afin de recenser les entreprises qui ne pourront pas faire face à leurs échéances et gérer correctement ces dossiers.

Sur la question de l’énergie, Thierry Marx demande également au Gouvernement de revoir les critères du bouclier tarifaire, tout en supprimant le plafond des 36 kVa.Aujourd’hui, ce sont les fournisseurs qui font pression sur nos entreprises avec des augmentations inconsidérées. Ils doivent prendre leur part de responsabilité et d’effort pendant cette crise énergétique.”

 

Pas de mariage forcé pour se rassembler

Lors de son congrès qui s’est tenu à Lyon du 14 au 15 novembre, le GNI a annoncé que le Syndicat national de la restauration thématique et commerciale (SNRTC) et le Syndicat national de la restauration publique organisée (SNRPO), tous deux d’anciens syndicats affiliés de l’Umih, allaient fusionner dans nouvelle organisation professionnelle, le Groupement des hôtelleries et restaurations de France (GHR). “Quelle drôle de façon de procéder, une limite a été franchie ! a dénoncé Thierry Marx. Nous sommes la première organisation syndicale, avec une implantation dans chaque région. Nous représentons la 3e organisation patronale après le bâtiment et la métallurgie [L’Umih revendique 35 000 entreprises NDLR]. Nous pesons lourd !” Le président confédéral a affirmé qu’il avait découvert le 14 novembre, lors de sa venue au congrès du GNI, cette “fusion très discrètement préparée”.

L'union de tous les acteurs est un gage de responsabilité et d’efficacité, mais soyons clairs : pas à n'importe quel prix, et surtout pas, je le rappelle gentiment à monsieur le ministre de l’Économie et des Finances, au prix d'un mariage forcé avec qui que ce soit”, a-t-il poursuivi sous les applaudissements. En effet, lors d’un message vidéo diffusé au congrès du GNI, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, avait appelé “d’autres organisations professionnelles à rejoindre le GHR.”

 

Définir une feuille de route concertée

Le programme du congrès a été défini par l’ancienne présidence confédérale et doit être mis en œuvre par la nouvelle. À la demande des présidents départementaux et de branche, Thierry Marx a accepté une modification du programme du lundi après-midi afin de définir en concertation une feuille de route à remettre au Gouvernement, notamment à Olivia Grégoire, ministre du Tourisme qui vient participer aux travaux de l’Umih jeudi 24 novembre. Quatre thématiques ont été retenues : PGE et énergie, formation professionnelle, négociations sociales, ruralité et transmission d’entreprise.

#Umih #CongresUmih2022


Pascale Carbillet
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Implanter et gérer votre restaurant
par Jean Gabriel Du Jaiflin
Services