×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Selon Stéphane Manigold, la pénurie de personnel est due à "la destruction de la valeur travail"

Vie professionnelle - mardi 21 juin 2022 11:10
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :


Stéphane Manigold,, président du groupe Eclore : 'Aujourd'hui, on a du mal à recruter, à remettre cette machine travail en place.'
© BFMTV
Stéphane Manigold,, président du groupe Eclore : 'Aujourd'hui, on a du mal à recruter, à remettre cette machine travail en place.'

Interviewé le 20 juin par BFMTV, le président du groupe Eclore, Stéphane Manigold, a affirmé que les salaires et la pénibilité du travail, évoqués en priorité pour expliquer les difficultés de recrutement dans le secteur de l’hôtellerie-restauration, n’étaient pas le vrai problème. Pour preuve, estime-t-il, la restauration scolaire – où les horaires sont fixes et les vacances plus longues – peine également à recruter, et les salaires de la profession ont été récemment augmentés de 16 %. Le chef d’entreprise, également président de la branche restauration Paris et Île-de-France de l’Umih, affirme que si 220 000 postes sont toujours vacants, c’est parce qu’il y a eu “destruction de la valeur travail”, qu’il considère comme un phénomène mondial : “Le Covid est passé par là. En France, et j’en suis heureux, on a protégé les salariés en leur donnant 84 % de leur salaire sans contrepartie. On se rend compte que les effets sont plutôt pervers, puisqu’aujourd’hui, on a du mal à recruter, à remettre cette machine travail en place.”

Et d’évoquer une expérience qu’il a lui-même réalisée pendant quinze jours en contactant des candidats inscrits sur Pôle emploi : “Ce qu'on me disait, c’était : 'Rappelez-moi à la rentrée, on va laisser passer les vacances'. Ça, ça doit changer, c'est inacceptable" Et de reprendre : “Je trouve ça ulcérant ! La solidarité nationale doit être mise en place à partir du moment où il n’y a pas de débouchés ni de travail, pas quand il y a des tensions comme il y a dans notre profession, le bâtiment… ”

 

#StephaneManigold #Umih #recrutement

Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en fiches pratiques
par Jean-Philippe Barret et Eric Le Bouvier
Services