×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Guillaume Gomez s'attèle aux problématiques de l'emploi et de l'attractivité des métiers de la restauration

Vie professionnelle - mercredi 23 juin 2021 11:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Alors que l'activité reprend, Guillaume Gomez est allé prendre le pouls de la profession et travaille, notamment, aux questions d'attractivité et d'employabilité des métiers de la restauration.



Guillaume Gomez et Didier Chenet, président du GNI.
© Guillaume Gomez
Guillaume Gomez et Didier Chenet, président du GNI.

À la veille de la réouverture, le 8 juin dernier, le chef Guillaume Gomez a accompagné le président de la République, Emmanuel Macron, dans le Drôme, avec Jean Bassères, directeur général de Pôle emploi, Jean-François Girardin, président des Meilleurs ouvriers de France, Didier Chenet, président du GNI, Roland Héguy, président confédéral de l'Umih, et David Sinapian, président des Grandes Tables du monde. Son objectif est à la fois pour prendre le pouls de la profession mais surtout pour trouver des solutions pour l’employabilité : “Il a été décidé de mettre en place le plus rapidement possible ‘52 semaines, 52 rendez-vous’, pour ramener du monde vers nos métiers, en aidant avec des formations très courtes, et attirer les savoir-faire vers les 110 000 emplois à pourvoir.”

 

Échanger avec les jeunes

Démarche complémentaire, le chef consacre beaucoup de temps à échanger avec les jeunes des écoles hôtelières et des CFA. “Avec le GNI, l’Umih, les écoles et les hôtelières, on est là pour se poser les vraies questions sur les problématiques du métier. Beaucoup de jeunes me parlent des horaires et des conditions de travail. Pourquoi ne restent-ils pas quand ils sont dans le métier ? Il faut aller vers un système différent, une meilleure reconnaissance de leur travail et une meilleure rémunération. Nous avons mis en place un groupe de travail sur ces questions. Le métier a évolué mais il doit continuer à changer.”

Dans le cadre de sa mission de valorisation des acteurs, au sens large, de la gastronomie française, Guillaume Gomez a également parrainé, le week-end du 18-20 juin, les premières journées nationales de l’agriculture.

#guillaumegomez


Marie Tabacchi